970x250

Edito : Lois du futur

Edito : Lois du futur

Bientôt une instance nationale pour veiller sur le patrimoine et les ressources génétiques.

Ceci se passe bel et bien au Maroc et il ne s’agit pas d’une fiction. Un projet de loi vient d’être mis dans le circuit concernant tout ce qui se rapporte à la propriété, l’acquisition et l’utilisation de tout matériel génétique du monde végétal ou animal en dehors du génome humain. Et ce projet n’est pas porté, comme on aurait pu s’y attendre, par le ministère de la santé, mais celui de la transition énergétique.

Car au-delà du caractère biomédical connu du sujet, les biotechnologies et les sciences de l’infiniment petit, dont la génétique, ne sont plus uniquement cantonnées dans les secteurs pharmaceutique et sanitaire.

Ces sciences ont d’ores et déjà envahi un grand nombre d’activités et d’industries dont certaines sont vitales pour l’homme comme l’agriculture, l’énergie, les transports, les télécoms en plus d’industries comme l’électronique ou l’aéronautique. Pour se projeter dans les 50 années à venir, le Maroc est obligé dès aujourd’hui d’entrer dans une nouvelle ère en matière de législations et de textes légaux. Car, même si des lois du futur peuvent paraître aujourd’hui surréalistes, mieux vaut s’y préparer dès maintenant que de se retrouver dans quelques années en décalage par rapport aux nouvelles réalités du monde.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.