Edito : Maturité

Edito : Maturité

Il y a 44 ans, le 8 mars 1977, l’ONU proclamait pour la première fois cette date comme étant la journée internationale de la femme.

L’organisation perpetuait ainsi une tradition qui existait déjà dans quelques pays notamment en Scandinavie et en Russie à l’époque soviétique. Mais à l’instar de ces pays nordiques, le Maroc n’avait pas non plus attendu l’injonction onusienne de 1977 pour donner à la femme toute l’attention et la place qu’elle méritait dans la construction sociétale. Bien avant et après l’indépendance, la femme a été de toutes les luttes et a pris part très tôt et de manière active à la vie politique, économique, sociale et culturelle du Maroc. Les figures féminines marocaines célèbres pour leur engagement pour diverses causes de différentes natures sont nombreuses.

Elles ont été actives dans les institutions, les partis politiques, dans les associations et la société civile ainsi que dans les domaines de l’entreprise, de l’industrie, de l’ingénierie, de l’art… La cause féminine au Maroc a réalisé à ce jour une trajectoire des plus honorables qui traduit parfaitement l’état d’esprit sociétal basé sur l’évolution naturelle laissant la construction se faire au gré de la maturité de la société.

La grande avancée de 2004, avec la réforme de la Moudawana, était tombée à point nommé. Ni trop tôt ni trop tard. Le Maroc entamait un nouveau millénaire et abordait une nouvelle étape faite de grands défis. Cette réforme de 2004, en plus d’être une consécration légitime, était aussi et surtout une responsabilisation de la femme comme acteur principal du développement futur. Et une nouvelle fois, comme par le passé, les femmes marocaines ont relevé les défis avec brio et beaucoup de mérite. Elles continuent à le prouver encore tous les jours. Bravo, merci et bonne fête Mesdames !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *