Édito : Quick wins

Édito : Quick wins

La performance économique se mesure également et de plus en plus en termes de temps. La réactivité et la célérité constituent des éléments qui font la différence dans une compétition. C’est valable dans le business, pour les opérateurs économiques mais aussi pour les responsables des politiques publiques et de manière générale pour tout un pays. La rapidité dans la prise de décision peut être déterminante. Au milieu des années 90, un grand opérateur du transport maritime avait proposé au Maroc la réalisation d’un port en Méditerranée en mer profonde, à l’image de Tanger Med d’aujourd’hui. Mais ne voyant aucune suite du côté marocain après plusieurs semaines, le projet se réalisa sur la rive d’en face pour devenir le mégaport d’Algésiras.

Ce n’est que dans les années 2000 que le Maroc lança son projet de Tanger Med avec tout le succès qu’on lui connaît aujourd’hui. Il y a quelques semaines, le ministère de l’industrie avait lancé une initiative novatrice consistant en une banque de projets dans plusieurs secteurs ouverte aux investisseurs et opérateurs marocains. Cette semaine, 17 projets se concrétisent à travers des conventions. Près de 900 millions DH d’investissement et plus de 3.000 emplois directs à la clé. En passant rapidement de l’idée à la réalisation puis à la concrétisation, le concept gagne aussi en crédibilité.

Ce n’est pas pour rien qu’il y a quelques jours, le Souverain s’était lui-même enquis de l’avancement des programmes des énergies renouvelables en mettant en garde contre les retards. Car quand le Maroc prend du retard sur tel ou tel programme, non seulement il perd en attractivité mais cela donne aussi des opportunités économiques réelles pour d’autres pays concurrents. Ne dit-on pas que le temps c’est de l’argent… ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *