Edito : Régions centralisées

Edito : Régions centralisées

Très belle initiative que celle des responsables de la région Dakhla-Oued Eddahab qui ont décidé de tenir leur dernière session ordinaire du conseil dans la localité d’El Guergarate.

D’abord au vu du contexte actuel et des derniers développements, les élus de la Région envoient eux aussi un message fort pour asseoir davantage l’incontestable marocanité des provinces du Sud jusqu’au point le plus éloigné. Mais plus que ça, les élus de la région la plus au Sud du pays ouvrent ainsi une nouvelle brèche dont pourraient s’inspirer leurs homologues ailleurs. Certes, dans chaque région, il y a toujours une ville pivot, généralement la plus grande, qui joue le rôle de chef-lieu et concentre l’essentiel des activités et des instances élues régionales.

Mais il est dommage que cette dynamique ne puisse pas être profitable aux autres villes et localités même les plus petites. Avec sa taille, sa population et la forte concentration d’activités économiques qu’elle connaît, Casablanca, par exemple, fait naturellement de l’ombre à des villes comme El Jadida, Settat et Mohammedia. C’est aux élus de donner à la région toute sa portée spatiale en permettant à toutes les villes de s’impliquer dans la vie institutionnelle. La régionalisation a pour finalité de corriger les travers d’un système fortement centralisé. Et en toute logique, les élus ne devraient pas reproduire ce schéma centralisé au niveau de leurs régions.

Il ne coûte rien de délocaliser des sessions ou des réunions dans d’autres villes mais cela peut avoir beaucoup d’effets bénéfiques sur l’image institutionnelle d’une région et le rayonnement de ses villes pour le bien de tous.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *