Edito : Rentabiliser l’école

Edito : Rentabiliser l’école

Depuis quelques années, les universités, écoles et autres établissements d’enseignement supérieur au Maroc commencent à avoir de la visibilité au niveau du continent et de la région.

Des distinctions et des classements mondiaux sont toujours bons à prendre parce qu’ils constituent dans tous les cas des signes de reconnaissance à des degrés différents. Mais l’université marocaine a encore une grande marge de progression comparée avec les standards mondiaux. Non pas en termes de qualité de l’enseignement dispensé et de solidité des cursus mais en termes de business model. Et pour cela, il faudrait arrêter définitivement de penser que l’enseignement et le business sont antinomiques.

Il y a aujourd’hui à travers le monde de nombreuses expériences plus ou moins réussies. Si l’enseignement supérieur peut être considéré comme un service public, il n’est pas forcément voué à être dépendant des seules subventions et fonds publics. Dans certains pays, les universités même publiques ont pu depuis longtemps générer des revenus d’autres sources tout en gardant leur vocation sociale et sociétale.

En Amérique du Nord et en Europe, les établissements d’enseignement supérieur, publics et privés, sont de véritables entreprises qui produisent de la valeur, génèrent des investissements et créent des emplois. Il existe aussi au Maroc des expériences réussies d’établissements d’enseignement supérieur dans le public comme dans le privé et parfois aussi d’un mélange entre les deux. A copier sans modération…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *