Edito : Roue de secours

Edito : Roue de secours

Quand le leader national de la grande distribution décide de faire monter en puissance son sourcing local pour proposer de plus en plus de produits marocains dans ses rayons, cela se traduira forcément par une dynamique vertueuse pour les écosystèmes de production.

Mais cela suppose aussi une amélioration de la performance des producteurs nationaux qu’ils soient dans l’industrie ou dans l’agriculture. S’il est vrai qu’un tel dispositif a pour objectif ultime de favoriser le «made in Morocco» à travers un canal important qu’est la grande distribution, les opérateurs qui jouent le rôle de locomotives auront également un devoir de pédagogie.

Il sera primordial d’expliquer aux producteurs locaux, par exemple, que privilégier un produit local n’est pas synonyme de concessions sur la qualité, le prix ou toute autre caractéristique importante du produit. Désormais, la logique devrait être inversée ou du moins rééquilibrée : ce n’est pas parce qu’il est adressé au marché domestique qu’un produit doit être moins regardant en termes de rapport qualité/prix mais tout le contraire.

A l’occasion de crises et de dépressions cycliques, il a toujours été démontré que pour les produits et les entreprises marocaines, le marché local et le consommateur marocain ont constitué une solution de repli stratégique et salvatrice. N’est-il pas temps d’en faire désormais le principal moteur au lieu qu’ils soient toujours la roue de secours ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *