Edito : Smart City ?

Edito : Smart  City ?

Vent d’optimisme avec les précipitations qu’a connues le Maroc sur la semaine qui vient de s’écouler.

Les volumes conséquents enregistrés ces sept derniers jours relanceront évidemment et de plus belle les activités agricoles et particulièrement celles encore dépendantes du ciel. Les barrages se remplissent et la nappe phréatique aussi à un moment où le spectre du stress hydrique plane sur beaucoup de pays dont le Maroc. Raison pour laquelle s’il y a aujourd’hui un domaine où l’Etat doit investir d’urgence c’est bien celui de l’eau et plus particulièrement dans les techniques de mobilisation et surtout de stockage.

Il est dommage que tous les volumes d’eau qui ont déferlé sur les rues et les artères des villes, comme à Casablanca, finissent rejetés dans la mer à travers les égouts. Contrairement à ce qui se fait de plus en plus dans le secteur agricole, les responsables de la planification urbaine et encore moins les élus n’ont visiblement pas encore intégré la gestion de la ressource hydrique dans leur logiciel.

Certes, un programme de stations de traitement des eaux usées est aujourd’hui activement implémenté à l’échelle nationale. Mais il gagnerait à être complété par des actions qui pourraient ne pas être aussi coûteuses que de construire de telles stations. Les bassins de rétention d’eaux de pluies ne requièrent ni technologies avancées ni investissements importants et peuvent permettre aux villes de disposer de ressources en eau supplémentaires à un coût moindre. C’est cela aussi une smart city…

Articles similaires

1 Comment

  1. Shahrour

    La smart technologie permet aujourd’hui d’améliorer d’une manière sensible la gestion dynamique des réseaux d’assainissement, de réduire le risque d’inondation et de faire des économies sur les infrastructures.

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *