970x250

Edito : Solidarité payante

Edito : Solidarité payante

Les médecins du secteur privé semblent intraitables sur la question de leurs cotisations au régime d’assurance maladie obligatoire.

Le différend qui les oppose depuis quelques jours aux pouvoirs publics porte, plus exactement, surle niveau de revenu forfaitaire qui devra servir de base au calcul desdites cotisations. Ce revenu, au terme de concertations qui avaient duré plusieurs mois, a été finalement arrêté à l’équivalent de 4 fois le smig pour un médecin généraliste, soit environ 8.000 DH par mois, et 5,5 fois le smig pour un spécialiste, soit environ 15.000 DH par mois. Mais voilà, au moment de passer à la concrétisation dans le cadre de la généralisation de la protection sociale, les médecins libéraux soutiennent que ces niveaux de cotisations et de revenus estimés vont les pénaliser car inéquitables en comparaison avec d’autres professions libérales.

Or, pour ce qui est de l’iniquité, il s’agit là d’une donnée naturelle incontournable inhérente au principe de la solidarité qui est l’essence même de tout régime de couverture maladie et de retraites. Les filets sociaux sont par définition basés sur la solidarité entre générations et entre classes de revenus. Il se trouve en plus que les médecins, étant donné la noblesse de leur profession, sont les mieux placés pour être aux premières lignes d’une cause éminemment humaine et sociale telle que la solidarité. De plus, et au-delà du bénéfice social important pour le Maroc, les médecins sont certainement conscients qu’en termes économiques et financiers, ils seront les premiers à bénéficier du surplus d’activité induit parl’accès de 22 millions de citoyens en plus aux soins de santé. Pour eux, ce sera donc de la solidarité mais payante à terme…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.