Edito : Triste déballage

Edito : Triste  déballage

Désolant. C’est le moins qu’on puisse dire de cette étonnante et ridicule polémique montée autour de l’annonce récente du changement de la ville qui abritera les festivités en tant que capitale africaine pour la culture.

Car en toute logique, qu’elle se fasse à Marrakech, à Rabat, à Tanger, à Fès ou dans toute autre ville, l’essentiel n’est-il pas finalement que l’image du Maroc en soit promue à travers sa culture, son patrimoine, ses arts, ses traditions ? Indépendamment du lieu, au final, l’effet d’une telle manifestation ne pourra qu’être le même en termes de rayonnement du Maroc sur la scène continentale et à l’international.

Même l’argument d’une éventuelle manne financière pour la ville hôte ne tient pas puisqu’il s’agit, en principe, d’une manifestation financée par des fonds en partie publics, à travers les collectivités locales et territoriales,  ou encore des contributions  provenant des partenaires privés, de sponsors et de mécènes.

Il y a certes les effets induits en termes d’activités pour les opérateurs de la ville. Mais une ville comme Marrakech, top destination touristique du Maroc, n’est certainement pas à 3.000 visiteurs près.

Il reste alors une dernière explication : les égos. Explication qui malheureusement se trouve partiellement confirmée au fil du grand déballage auquel on a eu droit par médias interposés et où il était plus question de petites guéguerres présumées entre personnes que d’intérêt général pour le Maroc. Et entre-temps, voilà une manifestation qui était censée contribuer à renforcer davantage l’image du Maroc, mais que certains esprits ont réussi à  transformer en piètre spectacle pour un simple changement de lieu… C’est triste!

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *