Edito : Violence

Edito : Violence

Si la violence faite aux femmes est une véritable problématique partout dans le monde, les répercussions sont beaucoup trop importantes non seulement sur les femmes mais sur la société tout entière.

Il est vrai que la femme en est la première à souffrir mais d’autres catégories peuvent en pâtir d’une manière catastrophique. C’est le cas notamment pour les enfants. Sur ce plan, les résultats relatifs au coût social de la violence à l’encontre des femmes et des filles, tirés à partir de l’enquête nationale sur la violence à l’égard des femmes et des hommes de 2019 du HCP, sont édifiants.

Ainsi, il en ressort que la violence conjugale génère de graves répercussions sur la santé et le développement psychosocial des enfants des victimes comme l’isolement et le chagrin, les crises d’angoisse, l’énurésie et la régression scolaire. Plus loin encore, un tel vécu de violence peut causer, à moyen et à long termes, des problèmes de santé physique et mentale, des problèmes d’ordre cognitif (problèmes de concentration) ou scolaire (retard ou échec). C’est donc l’avenir de générations qui est mis en péril lorsqu’un couple règle ses problèmes par la violence.

Le coût pour la société entière peut ainsi être dévastateur surtout avec la banalisation de la violence dans tous les milieux. C’est pour cette raison qu’il faut penser des solutions ne se limitant pas à un traitement judiciaire des affaires liées à la violence conjugale. L’avenir de nombreux enfants en dépend…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *