Editorial

Éditorial

Comment réussir un débat sur le partenariat public-privé en l’absence de tout acteur public? C’est la situation à laquelle était confrontée la Fédération nationale du tourisme (FNT) qui a organisé, mercredi à Casablanca, une conférence-débat sur le sujet en présence de tous les professionnels du secteur à l’exception des institutionnels. En effet, cette conférence qui avait pour ambition de renforcer la synergie entre le secteur public et privé n’a vu ni la participation de l’Office national du tourisme, ni celle des conseils régionaux du tourisme ni encore celle du ministre qui chapeaute ce secteur qui, malgré la crise, reste la première force de création d’emploi au Maroc. Ces acteurs précités n’auraient-ils pas leur mot à dire? Seraient-ils réticents à l’idée d’affronter leurs «partenaires» privés? En tout cas, pour ceux présents, le public aurait réduit son rôle à celui de promoteur du secteur touristique et n’assumerait pas entièrement sa part de responsabilité dans le maintien du positionnement privilégié que s’est arraché le Maroc dans la région. Les opérateurs publics sont donc appelés à se mettre à niveau et d’agir en concertation avec le privé afin d’éviter, en ces temps de crise, une chute libre de ce secteur vital pour l’économie nationale.

Articles similaires

Editorial

Courbe d’apprentissage

«Ce qui ne me détruit pas me rend plus fort», écrivait Friedrich...

Editorial

Laboratoire de développement

Le plan pour la reconstruction des régions sinistrées par le séisme préparé...

EditorialUne

Challenge urbanistique

Les opérations ont commencé sur le terrain pour le recensement et l’évaluation...

EditorialUne

Sérieux inébranlable

La décision est tombée lundi en soirée : la Banque mondiale et...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus