Editorial

Éditorial

© D.R

Les dernières intempéries viennent de dévoiler une réalité longtemps occultée: la vulnérabilité de nos infrastructures. Casablanca, Mohammedia, Rabat, Marrakech, Meknès, Ouazzane, Agadir, Taroudant, Essaouira… nos villes ont les pieds dans l’eau. Depuis vendredi dernier, de fortes précipitations ont provoqué des désastres partout au Maroc. Si pour quelques-uns la pluie est la bienvenue, pour les habitants de ces villes ces précipitations sont synonymes de dégâts. Des routes coupées, des ponts effondrés, affaissement des chaussées, coupures d’électricité… Aujourd’hui, la vigilance doit être de mise. Car, on se rappelle tous le bilan tragique des intempéries de novembre 2010 avec des dizaines de morts et des milliards DH de dégâts matériels.  Et dire que dans le pays de l’Oncle Sam les autorités ont su déjouer l’ouragan Sandy et ouvrir à nouveau leurs aéroports, notamment JFK à New York. Les faits sont têtus. Notre compétitivité se situe également dans le respect des normes et ce, dans tous les domaines. Qu’il s’agisse de béton ou de produit fini à commercialiser ici ou ailleurs, l’enjeu est le même : la pérennisation du bien-vivre de la population.

Articles similaires

EditorialUne

ADN humain

L’INDH est le programme social évolutif par excellence.

EditorialUne

Police à visage humain

Loin du triste souvenir de mai 2003, le 16 mai renvoie aussi...

EditorialUne

Interconnecter l’Afrique

Lors des nombreuses visites royales en Afrique, parmi les thématiques les plus...

Editorial

Touristes prescripteurs

Bleisure. C’est l’une des nouvelles tendances lourdes en matière de tourisme et...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus