Exploiter l’existant

Exploiter l’existant

Décidément, à peine lancé dans le circuit d’approbation et bien avant même, ce projet de texte de loi sur les usages licites du cannabis promet un débat intéressant, un feuilleton à rebondissements et beaucoup de révélations et de découvertes.

Comme celle, par exemple, au sujet d’un institut dédié aux plantes aromatiques au Maroc et dont très peu de Marocains connaissaient jusqu’à l’existence. Pourtant cet institut, basé dans la ville de Taounate, a été créé il y a 18 ans, en 2002, et non pas comme l’a revendiqué un jour et à tort l’ancien ministre Lahcen Daoudi du temps où il était en charge de l’enseignement supérieur. Il se trouve aussi que cet institut abrite depuis 2015 une agence nationale des plantes médicinales et aromatiques.

Les signataires d’une lettre ouverte adressée la semaine dernière au chef de gouvernement ont suggéré à ce dernier, entre autres propositions, de profiter de l’existence d’un tel institut et de cette agence pour en faire celle prévue dans le projet de loi sur le cannabis.

La proposition faite par un groupe de personnalités, politiques, anciens ministres, universitaires et autres, peut en effet économiser une nouvelle création ad hoc tout en profitant d’une structure déjà existante. Il suffira d’amender la loi initiale.

A supposer encore que les politiciens n’auront pas d’autres calculs en tête…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *