EditorialUne

Facture sociale

Les aides sociales directes démarrent effectivement avec l’ouverture des inscriptions sur une plateforme digitale dédiée.

Selon les projections établies, le budget global alloué à ce dispositif sera de 25 milliards DH pour la première année, 2024, avant d’atteindre 29 milliards par an à l’horizon 2026. Parallèlement, le chantier de généralisation de la couverture maladie, AMO, aux familles en situation précaire, mobilisera un budget annuel de 10 milliards DH.

Donc à très court terme, en 2026, le budget public alloué au soutien direct des ménages démunis ou en situation précaire atteindra les 40 milliards DH qui iront, cette fois-ci, directement dans les poches des personnes bénéficiaires qui le méritent réellement grâce au dispositif de ciblage rendu possible par le Registre social unifié. Dans le passé, il arrivait que l’État débourse, entre autres à travers la Caisse de compensation, des budgets conséquents mais avec la certitude qu’une bonne partie profitait à des catégories pas forcément dans le besoin.

A ces 40 milliards DH, qui représentent presque 3% du PIB annuel du Maroc, directement injectés dans le soutien social, il faut ajouter d’autres budgets qui ciblent indirectement les mêmes catégories en contribuant effectivement à l’amélioration de leurs conditions et niveau de vie.

C’est le cas de l’INDH pour lequel la quote-part qui revient au budget de l’État est de 11 milliards DH par an au titre de la phase 3 du programme. Une opération comme «Un million de cartables» est également un exemple d’actions sociales à impact direct. Elle mobilise quelque 600 millions DH. A cela il faut ajouter aussi le budget de la Caisse de compensation qui continuera d’exister pour quelque temps encore. Et la liste est longue.

Articles similaires

ActualitéUne

Diplomatie: La France propose au Maroc un partenariat « d’avant-garde » pour les 30 ans

La France veut un partenariat avec le Royaume sur le long terme....

AutreEconomieUne

Loi de Finances 2024 : Les nouvelles dispositions fiscales expliquées aux opérateurs du Nord

La réforme de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) constitue l’une...

SociétéUne

Pour une période de 20 ans : Casablanca cherche un gestionnaire pour son centre de valorisation des déchets

Caractérisés par une forte humidité (65 à 70%), les déchets ménagers sont...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus