970x250

Gloire et mémoire

Gloire et mémoire

Le 16 mai. Le hasard du calendrier au Maroc a fait que cette date renvoie vers deux événements chronologiquement distants, de natures aux antipodes et qui pourtant se rejoignent dans une seule et même thématique : paix et sécurité.

Il y a 66 ans, le 16 mai 1956, naissait officiellement la police marocaine, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). La police a beaucoup évolué avec l’évolution de la société marocaine en termes d’effectifs, de moyens, de modes d’intervention… Mais sa mission, elle, a été et restera toujours la même : veiller en premier et en dernier lieu à la sécurité des Marocaines et des Marocains au même titre que ses homologues des FAR et de la gendarmerie royale notamment.

Dans certaines conjonctures spécialement, cette mission prend encore tout son sens. Durant ces deux dernières années de pandémie, le rôle de la police comme de toutes les autres forces a été décisif dans la réussite du Maroc dans son dispositif de lutte.

Depuis des années, un autre travail, moins visible lui, est fait contre d’autres menaces encore plus sournoises et dangereuses qui guettent la société. Comment peuton l’oublier ? Au moment où cette même date de chaque année, le 16 mai, renvoie à un triste événement qui incarne par excellence cette menace : les attentats de 2003 à Casablanca où les Marocains découvraient pour la première fois le vrai visage sanguinaire et violent du radicalisme et de l’extrémisme religieux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.