Ne réinventez pas la roue…

Ne réinventez pas la roue…

Il y a quelques jours c’était l’INDH. Aujourd’hui c’est le fonds américain du Millennium Challenge. Au-delà des bons résultats qu’ils ont globalement enregistrés, l’heure des bilans de ces deux programmes est une très bonne occasion pour tirer des enseignements quant aux facteurs clés qui font la réussite d’un programme.

Si l’INDH, le MCA ou encore des plans sectoriels comme le Plan Maroc Vert ou le Pacte industriel, communément appelé Emergence, sont des exemples types de réussites en matière de projets c’est essentiellement grâce à leur mode de gouvernance.

Tous ces programmes ont beaucoup de points communs à ce niveau : d’abord des plans d’actions clairs et précis, des objectifs chiffrés et mesurables qui permettent l’évaluation scientifique à tout moment, une dimension participative qui permet aux bénéficiaires de s’approprier une politique publique et de l’adapter à leurs besoins, des procédures de conduite de projets formalisées et, enfin, des équipes ramassées pour la gestion et le suivi.

Tout cela nous donne au bout du compte les ingrédients tels que la rigueur, la transparence, la reddition des comptes qui ont fait de ces programmes des réussites.

Pour les grands chantiers de réformes qui l’attendent depuis longtemps, le gouvernement n’a pas besoin de réinventer la roue. Il peut simplement s’inspirer de ce qui existe déjà et qui fonctionne bien.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *