Editorial

Petit bonjour

Il a suffi que Mohamed Sassi et Mohamed Hafid du PSU -une scission radicale de l’USFP-  prennent langue avec le «makhzen» pour que la gauche marocaine sous ses diverses déclinaisons entre en ébullition. La gauche de gouvernement, la gauche de substitution, la gauche d’opposition, la gauche d’alternance, la gauche d’occasion, la gauche de droite, la gauche du centre, la gauche du milieu, la gauche nihiliste par dépit amoureux, la gauche nihiliste par mercantilisme frénétique, la gauche crypto-makhzénienne, la gauche maraboutique, la gauche commerciale… Toutes ces gauches ont été fortement intriguées par la rencontre entre Fouad Ali El Himma et les deux «mici dominici» du PSU. Nouveau pacte politique ou Bei’a rénovée ?  Alternance dans l’alternance ou accord secret dont les camarades feraient les frais au moment opportun ? Ralliement avec armes et bagages ou trahison de clercs ? Peu importe. Nous tenons, pour ce qui nous concerne, à les féliciter officiellement -nonobstant la teneur des discussions- d’avoir accepté ce thé civilisé qui est l’expression même d’une bonne éducation patriotique. Mais sur le fond, nous considérons que quand le cercle de la «makhzénie» s’élargit, c’est notre rayon d’espoir qui grandit. On se sent moins seul.

Articles similaires

EditorialUne

Volume et valeur

Avec des arrivées de près de 7,4 millions de touristes enregistrées à...

Editorial

Décrochage

50.000 enfants en âge de scolarité mais qui étaient en dehors de...

EditorialUne

Je crie donc je suis

Certains élus n’ont visiblement pas encore compris qu’à l’image du Maroc qui...

EditorialUne

Appels d’air

Un des effets induits connus des programmes sociaux est leur propension à...