Editorial

Petit bonjour

Les démantèlements de cellules terroristes reprennent. Un obscur parti de libération islamique sort des ténèbres. Les informations le concernant sont introuvables. Les sources sont taries. Asséchées. Le sujet est pourtant sérieux, mais, certainement, pas plus  grave que ce qu’on a connu jusqu’à présent. Or dans ce cas, le mutisme se justifie moins que par le passé alors que, justement, par le passé on arrivait quand même à avoir quelques infos. Le rapport à l’information, et plus généralement à la presse, dans les affaires de terrorisme n’est pas encore étalonné dans notre pays. Les pouvoirs publics sont saisis par une sorte de valse qui fait que chaque pas en avant est suivi de deux pas  en arrière. L’inverse étant, également, vrai. Quant à la presse, elle ne sait pas sur quel pied danser. Entre vendre, vendre et vendre, elle ne sait plus où donner de la tête pour sauver son âme vendeuse. Si les journalistes dans leur traitement de ces affaires vitales ne font pas preuve d’équilibre, de pondération et de responsabilité entre les contraintes de la lutte contre le terrorisme et le droit à l’information, le fossé continuera à se creuser.

Articles similaires

Editorial

Marrakech, the techplace to be

Le Maroc peut revendiquer légitimement le statut de hub du futur. En...

EditorialUne

Exit le marchandage

Les parties prenantes au dialogue social ont réussi, enfin, à extirper la...

EditorialUne

Spéculation 2.0

Depuis quelques jours, les réseaux sociaux se sont saisis de la question...

EditorialUne

Realpolitik

A l’instar de ses homologues espagnole et américaine, la classe politique britannique...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus