Editorial

Petit bonjour

Un animateur de la télévision publique française, Pascal Sevran pour le nommer, a récemment franchi toutes les bornes du racisme banalisé et sournois en faisant un lien douteux entre la sexualité des Noirs et la famine en Afrique. Des propos indiscutablement et vulgairement racistes. Malgré des excuses, l’animateur devra s’expliquer devant la justice. C’est son problème. Mais le plus intéressant pour nous, c’est la réaction, sur le plan éthique, du patron de France Télévisions, Patrick de Carolis, à l’égard du contrevenant : «Dès l’instant où j’ai fixé une règle d’exclusivité pour tous ceux, présentateurs ou animateurs, qui travaillent pour le groupe, chacun d’eux est, en partie, dépositaire de l’image de l’entreprise, de ses valeurs aussi. Il convient donc – je le dis ici avec gravité – que ceux qui incarnent, parfois quotidiennement, le Service public aux yeux du téléspectateur, ne développent pas par ailleurs et sur d’autres supports un discours en totale contradiction avec les valeurs du groupe qu’ils animent et qui les fait vivre.» La clarté de cette mise au net est académique. Puisse-t-elle nous servir ici-bas de leçon, car chez nous la confusion des valeurs et le mélange des genres, des rôles, des fonctions et des postures sont tellement usités que l’on reste ébahi devant n’importe quelle saillie morale qui en vient d’ailleurs. Sevran dans cette affaire n’étant, bien entendu, qu’un prétexte navrant et dérisoire.

Articles similaires

EditorialUne

Obsolescence accélérée

L’offre du Maroc en matière d’hydrogène vert illustre parfaitement la vitesse en...

EditorialUne

Refaire le monde

En septembre prochain, la communauté internationale entamera un processus crucial qui aura...

Editorial

Révolution de l’emploi

Lors de son dernier passage chez les conseillers, pour sa séance mensuelle...

EditorialUne

Volume et valeur

Avec des arrivées de près de 7,4 millions de touristes enregistrées à...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus