Editorial

Petit bonjour

Nos amis sénégalais, sur le dossier d’Air Sénégal International (ASI), commencent à devenir déroutants. Ils veulent devenir majoritaires dans le capital, ils sèchent les réunions prévues pour préparer cette montée en puissance. Ils veulent gérer directement, et légitimement, leur transporteur national, ils hésitent à prendre en charge toutes les responsabilités qui vont avec, notamment, en matière de garantie financière internationale. Le Sénégal est libre d’avoir la politique de transport aérien qu’il souhaite avec les partenaires qu’il désire. Il n’y a aucune polémique possible à ce sujet avec nos amis sénégalais. La souveraineté, la leur, est insécable. Toutefois, les lobbies qui, à Dakar, cherchent à créer une mauvaise querelle avec l’avenir d’ASI, ne rendent service, au final, ni au Sénégal ni au Maroc. La relation au plus haut sommet entre les deux pays devrait «immuniser» contre ce genre de dérive. Cartes sur table — mais toutes les cartes —, on devrait pouvoir trancher dans le vif et prendre des décisions pour couper la route à tous ces lobbies incertains. Sinon, ils sont capables, assurément, de transformer une belle histoire d’amour ancestrale en cauchemar sans nom.

Articles similaires

EditorialUne

Activer l’allumage

Durant les 12 derniers mois, quelque 14 industriels connus mondialement dans le...

EditorialUne

Emplois à la portée

Dans la nouvelle grande bataille pour l’emploi que s’apprête à lancer le...

EditorialUne

Condamnés au vert

Le volume de fonds cherchant à s’investir dans la nouvelle économie verte...

EditorialUne

Précieux littoral

Les années de sécheresse se faisant de plus en plus répétitives à...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux