Questions d’enfants

Questions d’enfants

Il fallait s’y attendre. A quelques jours de la date fixée pour la reprise des classes, la communauté faite des parents d’élèves et tous ceux qui s’intéressent à la chose éducative s’enflamme autour d’un seul débat qui oppose les adeptes de l’école à distance aux défenseurs inconditionnels de l’apprentissage classique dit présentiel.

Chacun y va de son analyse, de ses arguments et de ses exemples et contre-exemples. La question est certes brûlante au regard de l’approche de l’échéance. Mais elle n’est finalement que conjoncturelle car dans quelques mois, naturellement et certainement, la pandémie sera passée. Et que restera-t-il de tout ce bouillonnement ? En revanche, s’il y a un débat primordial et profond qui devrait être posé, ce serait celui relatif à toute la conception de l’acte d’éduquer et d’enseigner dans sa globalité. Au vu de l’expérience de ces six derniers mois, avec ses réussites et ses échecs, est-ce que l’école peut continuer à fonctionner comme avant ?
Au-delà de ce mode d’apprentissage tant débattu, il y a des questions et des aspects bien plus profonds qu’il faudra probablement revoir après cette pandémie comme les matières et disciplines, les contenus, les volumes horaires…
Dans les cours de l’année scolaire qui va commencer, les enseignants ne pourront pas faire l’impasse sur l’épisode que le monde vient de traverser. Ils auront en face d’eux des élèves avec beaucoup de questionnements sur le monde, sur la société, sur les choses de la vie…
L’expérience de la pandémie a certainement transformé les enfants, leur façon de voir et de penser. Beaucoup de parents s’en sont déjà rendu compte.
C’est à toutes ces transformations profondes que l’école devra répondre et s’adapter. Et c’est là le vrai débat qu’il faut lancer d’autant plus que le Maroc n’en est encore qu’au tout début de la grande réforme.
La question n’est pas de savoir où enseigner, en classe ou à distance, mais surtout quoi enseigner, comment et pourquoi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *