EditorialUne

Révolution des territoires

© D.R

Plus de huit ans après le début effectif de la mise en œuvre de la nouvelle vision des Régions, force est de reconnaître que le business model idéal et efficace des territoires n’est toujours pas finalisé.

La question du financement est encore à ce jour centrale et objet de réflexion. Ce n’est d’ailleurs pas le propre du Maroc. La problématique du financement du développement des territoires est presque universelle avec, il faut le dire, plus d’acuité en Afrique. En atteste le constat unanime de plus de 200 représentants de territoires et d’experts en conclave à Rabat cette semaine. Et ce n’est pas faute de textes ni de cadre réglementaire.

Dans le cas du Maroc, aussi bien dans la Constitution de 2011 que dans les textes fondamentaux instaurant le nouveau cadre législatif des Régions, la marge de manœuvre et la liberté de choix stratégiques dont disposent les gestionnaires des territoires sont nettement plus larges que par le passé. Mais en plus de ce plus d’autonomie, le législateur a introduit les principes d’une gestion financière axée essentiellement sur les résultats et la performance.

Maintenant, et bien que cette révolution ait été initiée il y a presque une décennie, les gestionnaires des territoires, eux, ne semblent pas avoir amorcé la leur, notamment en explorant de nouvelles pistes et en changeant, tout simplement, leur approche de la gestion locale. Pour combien de temps encore ?

Articles similaires

ActualitéUne

Vidéo/SIAM. La recherche & l’innovation, des solutions incontournables pour le développement de l’agriculture

La recherche agricole se présente comme un allié incontournable dans le contexte...

ActualitéUne

Impôts : le 30 avril, dernier délai pour la déclaration des revenus Professionnels

La Direction Générale des Impôts (DGI) rappelle aux contribuables titulaires de revenus...

EconomieUne

Préventica souffle sa 10ème bougie en mai

150 exposants nationaux et internationaux y sont attendus