Editorial

Satanée «Oumma»!

© D.R

Après les attentats, les mêmes réactions s’enchaînent dans les pays musulmans.

On ramène un imam, de préférence avec un costume, pour prêcher la tolérance de l’Islam et condamner les terroristes. Puis tout le monde se tait en attendant les prochains attentats. Pourtant, des pays non musulmans tentent de comprendre les djihadistes selon une approche empirique et plus scientifique. C’est le cas en France où deux courants sont apparus incarnés par deux spécialistes reconnus.

Le premier est mené par Gilles Kepel qui considère que le djihadisme trouve son origine dans l’Islam alors que le second incarné par Olivier Roy parle plutôt de l’islamisation de la radicalité avec des éléments déjà radicaux qui n’ont pas forcément un parcours religieux.

Comme il faut prendre partie dans tout débat intellectuel, nous penchons pour l’analyse de Roy. Mais le malheur dans tout ceci, c’est que les pays pointés du doigt, stigmatisés à chaque attentat, sont aux abonnés absents, dormant sur leurs lauriers. Satanée «Oumma»!

Articles similaires

EditorialUne

Un privé productif

Le caractère résilient de l’économie marocaine est aujourd’hui avéré et indiscutable.

Editorial

Filières archaïques

En l’espace d’une année, les universités publiques marocaines ont doublé le nombre...

EditorialUne

Obsolescence accélérée

L’offre du Maroc en matière d’hydrogène vert illustre parfaitement la vitesse en...

EditorialUne

Refaire le monde

En septembre prochain, la communauté internationale entamera un processus crucial qui aura...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux