EditorialUne

Spéculation 2.0

© D.R

Depuis quelques jours, les réseaux sociaux se sont saisis de la question des prix du mouton à l’approche de la fête du sacrifice.

Si le sujet est devenu récurrent depuis plusieurs années, cette année l’accent est surtout mis sur la hausse des prix. Des «reporters en herbe» et «des enquêteurs de fortune» font le tour des souks demandant ici et là le prix de tel ou tel mouton. Pour faire le buzz bien évidemment, il faut dénicher le mouton qui coûte le plus cher dans une course effrénée où nos amis influenceurs essayent de récolter un maximum de vues, de likes ou dislikes.

Au-delà de cette méthode qui questionne tout le monde et doit nous interpeller tous sur l’usage dont nous faisons de la technologie, il devient urgent de tenter, au moins, de raisonner les gens qui s’adonnent à ce genre d’activités. La course au sensationnalisme finit toujours par donner des dérives. Car si les prix des moutons cette année devraient connaître une hausse par rapport aux années précédentes pour des raisons objectives, les agissements sur les réseaux sociaux en particulier ressemblent de plus en plus à des activités spéculatives, faisant ainsi le jeu des intermédiaires qui sont légion au cours de ces périodes de fête.

Cette spéculation 2.0 devient dangereuse. Il est vrai que la lutte contre ce genre de pratiques sur la Toile est compliquée, voire impossible, mais les internautes doivent être sensibilisés pour ne pas mêler l’univers virtuel et le monde réel…

Articles similaires

ActualitéUne

En application des Hautes Instructions Royales, M. Akhannouch préside une réunion consacrée au recensement général de la population

Mobilisation générale pour la réussite du Recensement général. En application des Hautes...

ActualitéUne

Une réunion mercredi du Conseil de gouvernement

Un Conseil de gouvernement se tiendra mercredi sous la présidence du chef...