Emploi

* Le salarié veillera à mettre toutes les cartes entre ses mains avant de tenter une quelconque négociation pour sa valorisation en entreprise.
* Mais si la reconnaissance ne fait pas partie de la culture de l’entreprise dans laquelle il évolue, il devra faire preuve de patience et se dire qu’il a d’autres avantages qu’il ne trouverait peut-être pas ailleurs.
* Si par contre cette absence affective commence à susciter en lui des dysfonctionnements psychologiques, il devra se poser la question s’il ne devrait pas mieux changer plutôt que d’y laisser des plumes !
* C’est au salarié de faire le dosage en faisant le décompte des plus et des moins avant de prendre une décision radicale.
* La culture de reconnaissance étant très rare, il risque de changer de job pour une situation identique sinon pire.
* Car lors de l’entretien, un employeur intéressé par un profil jouera à coup sûr le jeu de la séduction et ne montrera sa vraie face qu’après quelques mois.

Articles similaires

Marché de l’emploi: La CGEM et l’Université Al Akhawayn examinent les moyens de promouvoir le potentiel de la Génération Z

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et l’Université Al Akhawayn...

Mobilité professionnelle : Près de 200 travailleurs marocains iront en Espagne d’ici juin

Le Maroc et l’Espagne sont déterminés à mettre en place des projets...

Laâyoune : Le paramédical formé aux bonnes pratiques professionnelles

Un séminaire de formation en faveur du personnel paramédical relevant de la...

La santé des employés au cœur des priorités

« Ces dernières années, la santé est également devenue une question centrale...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus