Covid-19 : Anti-fragile face à la crise, le cas chinois sort du lot !

Covid-19 : Anti-fragile face à la crise, le cas chinois sort du lot !

« Les situations sont plus complexes et donc les événements exceptionnels, rares vont arriver de plus en plus souvent à l’intervalle de 5/10 ans. Les managers devront donc tenir compte de ce nouveau paradigme».

Le philosophe Jean Staune, fondateur de l’Université pluridisciplinaire de Paris, et Danya Qing, experte en management, démontrent que dans un monde complexe où l’Homme devra faire, désormais, face à des crises tous les 5/10 ans, la notion d’anti-fragile a tout son sens. Elle se trouve conditionnée par l’agilité. Le manager devra savoir en user sans plus tarder pour pouvoir sortir l’entreprise de la crise. Le cas chinois est emblématique. Les détails.

«Anti-fragile : comment sortir plus fort de la crise ?», telle est la thématique décryptée par deux experts de renom mondial et invités virtuels de l’Association pour le progrès des dirigeants dans le cycle de ses webinaires.
Jean Staune est enseignant à l’Executive MBA du groupe HEC Paris. Il est aussi entrepreneur et philosophe. Danya Qing a, quant à elle, une double formation en management en Chine et en France.

Suivis par 172 participants, les deux experts ont brillamment éclairé l’audience sur cette notion d’anti-fragile introduite par le philosophe et ancien trader Nassim Nicolas Taleb, auteur du «Cygne noir». Selon le porteur de ce concept novateur, «l’anti-fragilité permet à des personnes et des systèmes de s’améliorer sous l’effet d’un choc ou d’un stress». La notion d’anti-fragile tient son essence dans cet état. Nassim Nicholas Taleb, dans son œuvre Le Cygne Noir, rapportait, en effet, comment les individus sont passés d’un monde relativement stable à un monde imprévisible.

Et l’agilité est la seule issue pour s’en sortir, renforcé! «Nous avons changé de civilisation sans le savoir par la complexité des réseaux sociaux qui favorise la communication dans les deux sens. Ceci explique que le monde de demain sera beaucoup plus complexe. Tous les 5 ans, nous aurons des choses qui déclencheront une crise mais on ne pourra pas savoir quoi avant». Jean Staune ne mâche pas ses mots. Et c’est dans ce nouveau contexte qu’il faudra savoir être anti-fragile. L’expert livrera l’exemple confrontant l’image du colis fragile à celui qui sera anti-fragile qui, une fois secoué, sera encore plus solide… Les vaccins pour lui représentent aussi l’anti-fragile.

Bref, pour lui, «ce qui ne tue pas rend plus fort». C’est le cas également d’une entreprise leader dans les flexibles hydrauliques et qui s’est trouvée du jour au lendemain contrainte de déposer un nouveau nom commercial car un concurrent l’avait déposé avant elle. Le délai pour déposer un nom étant de 30 jours, le manager choisit de faire de sa fragilité une force en lançant un teasing le temps de déposer un nouveau nom ! «Le Numéro 1 de dépannage de flexibles hydrauliques en France crée la surprise !». Le message aura permis d’entretenir l’image de l’entreprise sur le marché. Et l’homme a su, ainsi, utiliser quelque chose qui devait le pénaliser pour en faire une force.
Le brillant orateur enchaînera les exemples. D’une manière générale, les situations sont plus complexes et donc les événements exceptionnels, rares, vont arriver de plus en plus souvent à l’intervalle de 5/10 ans. Les managers devront donc tenir compte de ce nouveau paradigme.

Sur un autre registre, Jean Staune insistera sur le fait que la plus grande faiblesse de l’espèce humaine vient de son incapacité à prendre en compte l’exponentiel. Sur ce point précisément, l’expert fera référence à Albert Barlett, professeur émérite de physique de l’université du Colorado, mort le 7 septembre 2013… Ce sera aussi l’occasion de rappeler que le Maroc s’en est très bien sorti car, justement, il a retenu cet indicateur dans son plan de riposte…
Pour sa part, Danya Qing puisant les bases de son intervention dans la philosophie chinoise, mettra en avant l’attitude du sage qui est ouvert à toutes les possibilités. «Aujourd’hui, il faut avoir une idée sur tout et prendre des décisions rapidement, ce qui est difficile», rappelle l’expert en management. Dans ses repères, l’humilité sera de dire je ne sais pas. Parallèlement, l’attitude à avoir est de faire attention à tout. La planification, la modélisation et l’anticipation étant au cœur des priorités dans une démarche anti-fragile. «En Chine, on essaie toujours d’anticiper mais aujourd’hui l’individu devra savoir évoluer dans un monde contradictoire pour avancer», explique Danya Qing.

L’experte rappellera ce qu’a vécu la Chine dans la production des masques. Avant l’épidémie, l’indicateur atteignait 20 millions d’unités/jour, soit 40% de la production mondiale. Après l’épidémie, cette valeur est passée à 200 millions par jour ! En fait, ce changement est inhérent à trois lignes de texte envoyées par l’Etat chinois qui s’engageait sur l’achat garanti jusqu’au montant de l’investissement. Dès lors les entreprises ont, tout de suite, réagi alors que dans d’autres pays il aurait fallu des décrets de loi, des réunions… Résultat des courses : les entreprises chinoises se sont reconverties pour entrer très rapidement dans la course de la production de masques. C’est le cas d’un producteur de couches bébé qui en 5 heures a pu changer son processus de fabrication alors que son investissement pour la production initiale était estimé à 10 millions d’euros ! Pari réussi, avec l’aide des entreprises voisines, il a pu réunir des ouvriers et des techniciens pour penser au changement. En 7 jours, sa production de masques journalière a atteint les 5 millions d’unités ! L’anti-fragilité se confirme encore dans cet exemple où le propriétaire avait envoyé tous ses ouvriers en congé auparavant et a fait preuve d’agilité pour en recruter d’autres rapidement. De même, pour ce restaurateur qui avait fait appel à ses 8.000 salariés pour assurer, comme à l’accoutumée, le rituel du Nouvel an chinois.

La veille, la pandémie s’est déclarée lui laissant sur les bras 8.000 personnes en cessation d’activité. En trois jours, un site internet fut conçu pour permettre la vente en ligne de plats préparés, de telle sorte à écouler toute la matière première qu’il avait achetée pour l’occasion. Loin s’en faut, le restaurateur procéda, très vite, à l’achat de 4 corners dans des supermarchés. L’homme ayant fait preuve d’anti-fragilité a pu, ainsi, réaliser, la moitié du chiffre d’affaires qu’il générait auparavant, sauvant ainsi son entreprise du chaos. Partant de ces exemples suggestifs, mettant en exergue l’agilité de l’entrepreneuriat chinois, l’experte valorise la création d’une cohésion d’équipes. Elles se sont, tout de suite, mises au travail pour créer une nouvelle activité. «A la sortie, les managers qui ont su faire preuve d’agilité face à la crise en ressortent encore plus renforcés. «Ils savent que désormais ils peuvent rebondir et c’est bien la leçon de cette initiative au-delà de l’aspect matériel», précise Danya Qing.

Bref, l’agilité est importante dans un contexte de crise. L’état d’esprit entretenu par la confiance aidant pour lever les défis de demain. Le Rwanda qui enregistre un PIB 8 fois plus élevé que celui du Maroc l’a démontré ces dernières années. La construction de l’African leadership Campus en est une parfaite démonstration. Dans un contexte où bureaucratie ne rime pas avec agilité, le Maroc devra sans plus tarder enrayer la culture des parapheurs qui d’ailleurs a montré ses limites avec la pandémie !

Jean Staune


Son parcours atypique et interdisciplinaire lui a valu des diplômes en mathématiques, informatique, paléontologique, sciences politiques, économie et management.

Il est le fondateur de l’université interdisciplinaire de Paris et la dirige depuis 1995.

Le conseil scientifique de l’établissement est composé de sommités internationales et de prix Nobel.

Ancien collaborateur scientifique à l’Ecole Polytechnique de Lausanne, il porte en lui cette double carrière dans le monde scientifique et de l’entreprise.

Danya Qing


Elle a été directrice technique, depuis 7 ans, chez China Petroleum et également directrice d’import-export et de production dans une multinationale de produits de luxe basée à Paris, pendant 6 ans.

Ayant ainsi cumulé une riche expérience issue de deux civilisations totalement différentes, l’experte est formatrice et coach en management, selon la pensée chinoise, depuis 7 ans.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *