970x250

Emploi des jeunes : Le gouvernement met le paquet pour 2023

Emploi des jeunes : Le gouvernement  met le paquet pour 2023

Formation professionnelle, Anapec, programmes de promotion…

Quant au programme «Taehil», il a permis à 6 462 chercheurs d’emploi de suivre un cycle de formation pour faciliter leur insertion dans le marché du travail contre 8407 bénéficiaires

Le ministre de l’inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences, Younes Sekkouri, a présenté jeudi 3 novembre devant la commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants, le budget prévisionnel du ministère qui s’élève à 813,6 millions DH en 2023. Le ministre a indiqué qu’une enveloppe de plus de 1,62 milliard de dirhams sera allouée au département des compétences. Pour ce qui est des établissements relevant du ministère, M. Sekkouri a relevé qu’un budget prévisionnel de 4,98 MMDH sera alloué à l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), 264 millions DH à l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (Anapec), et 3,20 MMDH au Fonds de la promotion de l’emploi des jeunes.

S’agissant du budget d’investissement, il se chiffre à 736 MDH en 2023, contre 464 MDH en 2022, en augmentation de 58,68%. S’agissant du plan d’action au titre de l’année 2023, il repose sur plusieurs axes, dont la gouvernance de l’Anapec, la poursuite de la mise en place du programme des Cités des métiers et compétences (CMC) ainsi que la création de cellules d’accompagnement et de suivi dans le milieu rural et quasi-urbain. Concernant le programme des CMC, il est à noter qu’à fin 2022, trois CMC ont déjà été achevées, à savoir les CMC des régions de Souss- Massa, de l’Oriental et de Laâyoune-Sakia El Hamra, pour une capacité d’accueil de 8340 places pédagogiques soit 26% de l’offre globale des CMC. Les neuf autres CMC restantes sont en cours de construction et devront être achevées au plus tard en septembre 2023. Afin d’assurer la gestions de ces CMC, la création de 12 Sociétés de gestion déléguée sous forme de S.A, filiales de l’OFPPT, a été autorisée par décret.

Formation professionnelle : 405.221 places pédagogiques en 2022-2023

La note de présentation du PLF 2023 précise qu’au titre de l’année 2023, la formation professionnelle sera marquée par l’augmentation des capacités d’accueil du système de la formation professionnelle initiale à travers la création de 38 nouveaux établissements. Ainsi, le nombre de places pédagogiques est passé de 362.357 places en 2021-2022 à 405.221 en 2022-2023. Il est prévu de développer les effectifs des stagiaires de la formation professionnelle qualifiante pour 216.187 stagiaires en 2022-2023 contre 160.646 en 2021-2022. L’année 2023 sera aussi marquée par la poursuite des programmes de formations par apprentissage au profit de 40 365 apprentis en 2022-2023 contre 26 884 en 2021-2022. Ce mode de formation sera renforcé par de nouvelles structures, à savoir les «Villages d’accompagnement et d’apprentissage en milieu rural et périurbain» qui seront destinés à soutenir l’offre de la formation professionnelle dans le milieu rural. Il sera procédé l’année prochaine au lancement de 37 nouvelles filières à fort potentiel d’employabilité et l’actualisation de l’offre de la formation professionnelle notamment dans les secteurs du commerce et gestion, numérique, tourisme et hôtellerie, restauration, BTP, ingénierie mécanique et électrique.

3,20 MMDH pour le Fonds de la promotion de l’emploi des jeunes

Un budget de 3,20 MMDH sera alloué au Fonds de la promotion de l’emploi des jeunes en 2023. Jusqu’au premier semestre 2022, le programme «Idmaj» a permis d’insérer 64.829 personnes contre 57.828 au titre de la même période de l’année 2021, soit une augmentation de 12%. Pour sa part, le programme «Tahfiz» a permis à 3 472 entreprises de bénéficier de ce programme avec une insertion de 8 911 personnes au cours du premier semestre 2022 contre 7908 au premier semestre 2021, soit une augmentation de 13%. Dans la mesure où ce programme arrive à terme fin 2022, le gouvernement a prévu dans le cadre du projet de loi de Finances pour 2023 de le proroger jusqu’à fin 2026.

Quant au programme «Taehil», il a permis à 6 462 chercheurs d’emploi de suivre un cycle de formation pour faciliter leur insertion dans le marché du travail contre 8407 bénéficiaires, ce qui représente une baisse de 23%. Le programme «Auto-emploi» géré par l’Anapec a permis d’accompagner 2187 porteurs de projets contre 2885 bénéficiaires au titre du premier semestre 2021, permettant la création de 758 entreprises et activités génératrices de revenu contre 1000 créations au titre de la même période de 2021. Pour rappel, en 2021, les recettes du Fonds, compte tenu du solde reporté, ont atteint 744,34 MDH contre 505,22 MDH en 2020. Quant aux dépenses, elles ont atteint 639,30 MDH en 2021 contre 420,28 MDH en 2020.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *