Entrepreneuriat entre les deux rives : 20 ans déjà pour l’association Maroc Entrepreneurs

Entrepreneuriat entre les deux rives : 20 ans déjà pour l’association Maroc Entrepreneurs

L’Objectif premier de l’événement est de créer le débat sur l’accès aux financements pour la création de l’entreprise et les start-up et qui rentre directement dans la vision royale compte tenu des dernières directives données pour plafonner le taux de crédit bancaire octroyé aux TPE.

La 12 édition de la Journée de la création d’entreprise a coïncidé avec le 20ème anniversaire de l’Association Maroc Entrepreneurs. Placé sous le thème «20 ans de progrès: quels défis pour le Maroc de demain?», l’événement a permis de revenir sur les principaux mécanismes de financement dédiés à la PME mais aussi sur les principaux défis du Maroc dans le domaine. Retour sur les faits saillants d’un événement mettant en avant la valeur ajoutée des Marocains de France…

C’est le 25 janvier dernier que s’est tenue la 12ème édition de la Journée de la création d’entreprise. L’événement phare de l’Association Maroc Entrepreneurs, organisé à l’Institut de France de Paris, a été placé sous la thématique «Bâtissons ensemble le Maroc de demain». Les enjeux sont réels. L’événement fut marqué, d’ailleurs, par la participation de cinq experts et institutionnels marocains, en l’occurrence Taoufik Lahrach, secrétaire général de la Caisse centrale de garantie (CCG), Mounia Boumehdi, directrice générale de Maroc Numeric Fund, Ghizlane Maghnouj Elmanjra, entrepreneure sociale et fondatrice de l’initiative citoyenne «Maroc Impact», Youssef Saadani, directeur des études économiques de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et membre de la commission spéciale sur le modèle de développement, et Khalil Azzouzi, fondateur et associé au Fonds d’investissement en capital risque «Azur Innovation».

L’Objectif premier de l’événement est de créer le débat sur l’accès aux financements pour la création de l’entreprise et les start-up et qui rentre directement dans la vision royale compte tenu des dernières directives données pour plafonner le taux de crédit bancaire octroyé aux TPE. Le porte-parole de la CCG est revenu sur les prérogatives de la caisse et son rôle dans la facilitation de l’accès des entreprises aux crédits. Pour lui, «le financement demeure l’une des principales problématiques pour les entrepreneurs mais, désormais, tout entrepreneur marocain ou étranger a accès à diverses formules de financement et d’encouragement à l’investissement».

La directrice générale de Maroc Numeric Fund a rappelé, quant à elle, les contraintes de l’entreprise, liées notamment sur les délais de paiement qui impactent négativement les PME. Pour elle, «il s’agit de rétablir la confiance dans le climat d’affaires au Maroc et d’œuvrer en vue de plus d’égalité de chances afin d’améliorer l’attractivité du Royaume pour les membres de la communauté marocaine installée à l’étranger».

A son tour, Mme Maghnouj Elmanjra, fondatrice de l’initiative citoyenne «Maroc Impact», a développé le concept de l’économie sociale qui, selon elle, est devenu une alternative nécessaire, appelant à mettre l’économie sociale au cœur du projet de développement du Royaume. Youssef Saadani, directeur des études économiques à la CDG et membre de la Commission spéciale sur le modèle de développement, a évoqué, quant à lui, les missions de la CDG en l’assimilant au bras financier de l’Etat.

Khalil Azzouzi, fondateur et associé au Fonds d’investissement en capital risque «Azur Innovation», a estimé, quant à lui, que «les banques marocaines sont appelées à évoluer et à s’adapter aux nouveaux défis de l’économie mondialisée et les nouvelles problématiques qui se posent à l’entreprise».

Selon lui, «tout nouveau modèle de développement doit impérativement s’adapter à l’ère de l’économie 4.0, mettant en avant les préalables à la réussite de l’entrepreneuriat au Maroc, notamment la formation, le soutien public et institutionnel et l’innovation».

L’événement qui a couronné les 20 ans de l’association a donc permis de réunir institutionnels et diplomates ainsi que chefs d’entreprises et start-up françaises et marocaines autour de la question de la création d’entreprises vecteur de choix dans le développement économique du Maroc.

Pour rappel, le «Forum Tremplin Maroc» a réuni comme à l’accoutumée et en marge de la 12ème édition les acteurs des écosystèmes marocain et français traitant des thématiques entrepreneuriales et d’innovation avec au menu des master class, business dating, networking et entretiens avec les médias. Une centaine de participants a répondu présent à l’appel et les entrepreneurs retenus ont pu présenter leur projet au concours Pitch Your Project By Maroc Entrepreneurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *