Entrepreneuriat : Incubateur francophone africain : Top chrono !

Entrepreneuriat : Incubateur francophone africain : Top chrono !

L’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) vient de donner le coup d’envoi de la compétition de projets sélectionnés dans le cadre de l’incubateur francophone africain (IFA). Au total, ce sont 28 projets qui sont sortis de l’appel à candidature. Ils concernent plusieurs pays et de nombreux centres d’intérêts.

C’est le 23 octobre dernier que les porteurs de projets ont été connus. La cérémonie de lancement visant à les faire connaître s’est déroulée en ligne. Pour rappel, l’événement est organisé par l’AUF Maghreb et ses partenaires du programme, en l’occurrence l’Université Sultan Moulay Slimane, l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) et le MCISE Moroccan Centre for Innovation and Social Entrepreneurship.
Cette troisième édition de l’IFA permettra une ouverture à l’Afrique avec un programme d’accompagnement de jeunes entrepreneurs mettant la startup innovante à caractère social au cœur d’un tel événement. Mettant ainsi en compétition des étudiants ou des lauréats des établissements d’enseignement supérieur membres de l’AUF Afrique, l’Agence entend bien stimuler leur goût à l’entrepreneuriat et à la recherche !

Concrètement, un programme de 2 mois sera destiné aux porteurs de projets en phase d’amorçage. En clair, de l’idéation à la définition du business model, en passant par le prototypage et les tests, toutes ces phases permettront le lancement d’une startup. Les 28 projets incubés comportent ainsi chacun une dimension d’innovation répondant à des enjeux sociaux, sociétaux ou environnementaux sur le continent africain. Sélectionnés à partir de 967 candidatures, les porteurs de projets ont déjà commencé à bénéficier, lors de ces deux mois d’incubation, du programme d’accompagnement décliné en 20 ateliers animés sur une plateforme en ligne. Les bénéficiaires pourront ainsi élaborer leur business model, l’étude de marché, la communication et la stratégie commerciale à développer. Cette étape cruciale visant à leur donner tous les ingrédients nécessaires pour la réussite de leur projet inclut également la validation d’un plan d’action et du prototypage de startup.

A l’issue de leur période d’incubation, un pitch final permettra de délimiter entre les porteurs de projets. Les 5 meilleurs projets seront récompensés par des prix allant de 500 à 5.000 euros. La cérémonie finale est prévue mi-décembre 2020. Créé en 2018 sous l’appellation Incubateur Francophone Maghrébin, l’Incubateur Francophone Africain accueille ainsi chaque année 20 à 30 porteurs de projets. Cette année où la pandémie a paralysé de nombreuses activités est spéciale. Mais l’appel à candidature, la sélection et la période d’incubation s’effectueront selon les mêmes standards sauf les modes de présentation où l’interactivité en ligne est de mise !
Pour rappel, l’Agence Universitaire de la Francophonie est le premier réseau universitaire au monde avec 1.007 établissements membres dans 119 pays, et 59 implantations réparties sur les cinq continents.

Depuis près de 60 ans, cet opérateur entend véhiculer la recherche et le savoir de la Francophonie. L’organe intervient dans de nombreux domaines comme la formation, la recherche, le numérique, la gouvernance universitaire, l’entrepreneuriat et l’employabilité des étudiants, ou encore le développement durable. Installée à Rabat depuis 2012, l’AUF Maghreb anime un réseau de 118 membres au Maroc, en Tunisie, en Algérie, et en Libye.

Sa stratégie…

Sa mission première est d’agir pour une francophonie universitaire solidaire engagée dans le développement. Et c’est dans ce sens que la stratégie 2017-2021 de l’agence a été bâtie pour accompagner les établissements d’enseignement supérieur et de recherche pour relever 3 grands défis, à savoir :
• La qualité de la formation, de la recherche et de la gouvernance universitaire ;
• L’insertion professionnelle et l’employabilité des diplômés ;
• L’implication dans le développement global des sociétés.
L’AUF favorise la solidarité entre les établissements d’enseignement supérieur et de recherche pour la mise en place de projets qui transforment concrètement le système universitaire. Elle s’associe à de nombreux partenaires : entreprises privées et leurs fondations, États et gouvernements, agences nationales d’aide au développement, organisations internationales, organisations non gouvernementales, et associations universitaires, scientifiques et culturelles. Ses équipes à travers le monde apportent suivi et conseils pour la conception et le suivi de projets. Le partage de bonnes pratiques, l’expertise et l’innovation en sont facilités.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *