Accueil Emploi Entretien avec Ali Serhani, DG associé de Gesper Services : Le marché de l’emploi sera ralenti jusqu’en 2025
EmploiUne

Entretien avec Ali Serhani, DG associé de Gesper Services : Le marché de l’emploi sera ralenti jusqu’en 2025

Eclairage : La pandémie a impacté le marché de l’emploi. A part le secteur des IT qui est en croissance continue, les entreprises ne sont, en effet, dans une logique de recrutement que lorsque le besoin s’impose réellement.


Pouvez-vous déjà nous dire comment évolue le marché du travail après la pandémie en termes de recrutement de cadres qui ont déjà une expérience professionnelle avérée ?
Ali Serhani : Aujourd’hui, les entreprises ne recrutent que lorsque le besoin est important et immédiat. Sur le plan stratégique à long terme, elles sont plutôt dans un mode « wait and see ». Les conséquences de la Covid19 se feront ressentir, à mon avis, jusqu’au moins 2025. Font exception, cela dit, les entreprises évoluant dans les IT – Digital – Intelligence artificielle et tout ce qui gravite autour… En clair, c’est l’optimisation des coûts qui est de rigueur un peu partout aujourd’hui. Optimisation rimant avec masse salariale!

Quels sont dans ce segment précisément les profils recherchés et dans quel secteur ?
Comme mentionné précédemment, les entreprises IT – Digital – Intelligence artificielle et tout ce qui tourne autour ne sont pas et ne seront jamais concernées par une quelconque crise. Cependant d’une manière générale, les profils de DAF (directeur administratif et financier) sont des profils qui ne connaissent pas la crise. En clair, les profils recherchés sont des profils qui justifient leur salaire dès le premier jour. Un chef comptable justifie son salaire le premier jour. Un RRH (responsable des ressources humaines) dédié uniquement à l’administration du personnel aussi, etc.
Les secteurs concernés autre que les IT sont surtout les secteurs des services et de l’industrie. Cela dit, les candidats sont prêts, par ailleurs, à travailler dans n’importe quel secteur car le plus important pour eux, c’est de travailler dans une entreprise structurée et de préférence une multinationale.

On dit en général que la limite d’âge pour changer de travail est de 42 ans….Qu’en pensez-vous ?
Ce postulat était valable il y a une dizaine d’années. De nos jours, la plupart des entreprises cherchent des talents qui ont dépassé la quarantaine car la maturité pèse beaucoup dans les recrutements. Preuve en est que les entreprises ont de plus en plus tendance à garder les personnes en âge de la retraite pour des missions de consulting notamment.

Que conseillez-vous à des cadres qui ont dépassé cette limite d’âge et qui souhaiteraient changer de cap pour améliorer leur vie ?

Tout simplement que tout se fait bien avant l’atteinte de cet âge. Il faut se faire un nom et une réputation sur la place. Avec le temps tout le monde vous connait et connait surtout votre compétence et votre sérieux sans oublier votre intégrité.

Le mot de la fin peut-être…..
Le Maroc est un micromarché où tout se sait. Ne parler jamais à un DRH ou un DG de votre gestion de carrière. Car la gestion de carrière c’est vous qui la faites. En deux mots le personal branding; c’est du sérieux.
C’est à travers ce que vous valez en termes d’image et de compétences que l’on viendra vous chercher même si vous avez 70 ans….. Paroles de chasseurs de têtes !

Articles similaires

Commission des investissements : Des projets de plus de 28 MMDH approuvés vendredi

12 projets de conventions et 14 avenants ont été examinés ainsi que...

Dévoilé à l’occasion de sa journée mondiale : Un ouvrage inédit sur les enjeux numériques pour la douane

Les cyberfraudeurs réagissent très rapidement aux évolutions des législations, des règlements et...

Agriculture durable : Les avancées du Maroc en matière de micro-irrigation présentées à Dakhla

Micro-irrigation  » Cette rencontre internationale, scientifique et technique constitue l’occasion pour de...

Adoption de lois, les parlementaires mettent le turbo

La session parlementaire d’automne sera bientôt clôturée Parlement.» C’est une course contre...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie