EmploiUne

Entretien avec Amina Moumni, coach certifiée ICF / Orientation post-bac : Le coaching scolaire fortement recommandé

© D.R

Après une première vie de scientifique vouée à la recherche dans l’Institut national de recherche halieutique (INRH) puis d’enseignante en management de la communication au sein de l’Ecole supérieure d’ingénierie et des affaires (ISGA); Amina Moumni s’est orientée vers le coaching en suivant une formation certifiante, accréditée par la Fédération internationale de coaching (ICF) et dispensée par Coaching Ways Maroc. Son objectif : aider les autres à mieux se connaître. Sa cible de choix étant les jeunes qui sont souvent perdus après leur obtention du baccalauréat.

ALM : Sur quelle population de jeunes consacrez-vous vos efforts d’accompagnement en orientation ?
Amina Moumni : L’accompagnement est dédié aux jeunes dont la tranche d’âge se situe entre 18 et 24 ans. Des jeunes en cycle universitaire qui sont en phase de transition entre l’enseignement supérieur et le monde du travail. Des jeunes qui constituent la future population active.

Quelle a été votre motivation à le faire déjà ?
Ce qui me motive à le faire émane d’abord de ma passion de partage et d’aide à l’autre. Aussi ma connaissance du monde des adolescents, mon amour et ma bienveillance envers les jeunes : leur donner un autre regard, un regard positif sur eux-mêmes.
Oui, motivée par l’aide de ces jeunes étudiants qui sont désorientés, démotivés et en perte de sens quand ils arrivent dans l’enseignement supérieur car l’organisation et les méthodes de travail n’ont rien à voir avec ce qu’ils ont connu au lycée. Résultat des courses : ils se découragent et entrent dans la spirale de l’échec.
Je suis aussi motivée par le partage des pratiques d’une bonne organisation qui est la base de la réussite dans l’enseignement supérieur, en leur proposant des méthodes pour apprendre à gérer leur temps, à s’organiser et à hiérarchiser leurs priorités pour devenir autonomes et épanouis.

Pourriez-vous nous donner des exemples concrets sans citer de nom bien sûr où l’accompagnement a permis d’aider le jeune dans ses choix de filières pour avoir un avenir meilleur ?
Comme expérience, je partage avec vous le cas de jeunes étudiants que j’ai accompagnés lors d’ateliers collectifs sur la thématique «Comment construire son projet professionnel». A l’issue de cet accompagnement, les étudiants ont eu une bonne connaissance de soi en identifiant leurs valeurs, leurs qualités, leurs points forts, … Ils ont pris conscience du potentiel et des ressources qu’ils ont mais qu’ils n’exploitent malheureusement pas à bon escient. Certains étudiants ont pris conscience qu’ils ont fait le mauvais choix d’orientation et que les études qu’ils suivent ne correspondent pas à leur vocation et ne leur ouvrent pas d’horizons et qu’il est toujours possible de changer de voie. Ils étaient capables de redéfinir un projet d’études clair, motivant et réalisable dans l’environnement économique actuel. De même, ils ont eu comme apprentissage que pour devenir acteur de ses choix, de sa réussite et de son épanouissement et pour favoriser son autonomie, il faut mobiliser toutes ses ressources et activer son potentiel dormant.

Quelles sont vos recommandations en direction des directeurs publics et privés pour faciliter cet accompagnement et lui donner la place qu’il mérite dans le parcours du jeune étudiant ?
Aujourd’hui, le coaching scolaire est devenu incontournable, il favorise un nouveau mode d’apprentissage : c’est de sortir du contenu et d’aller vers la manière. Nous sommes dans le comment et non dans le quoi et pourquoi. Je recommande ainsi aux responsables des institutions d’enseignement secondaire et supérieur, privés et publics, d’intégrer le coaching scolaire dans leurs programmes d’enseignements académiques.
Ce type d’accompagnement personnalisé s’intéresse avant tout à la personnalité du jeune, à sa motivation et à sa façon d’apprendre. Il l’amène vers une meilleure maitrise de ses capacités, un premier pas vers le développement de son potentiel et vers l’autonomie ce qui l’aide davantage à développer sa confiance et à trouver sa voie. Je recommande aussi de positionner le coach scolaire dans l’échiquier du système éducatif dont la mission principale est d’accompagner le jeune à trouver sa voie, s’organiser, se préparer à des examens, gagner en estime de soi et en agilité relationnelle.
Contrairement à l’enseignant qui a la capacité d’accompagner en termes d’accompagnement cognitif, didactique, par rapport au savoir méthodologique, pédagogique… Il n’est pas forcément formé pour accompagner le jeune dans son changement identitaire, individuel et dans ses choix d’orientation et n’a souvent pas beaucoup de temps pour cela. La mission de l’enseignant se retrouve plutôt dans la motivation du groupe classe, moins en individuel. Néanmoins, ces deux types d’accompagnement sont complémentaires.

Concrètement sur quoi vous basez-vous pour démarrer le processus d’accompagnement du jeune dans son orientation ?
Généralement, pour démarrer une séance d’accompagnement d’un jeune dans son orientation, je me base sur l’échange préliminaire entre le coaché et moi lors du premier contact. Cela me permet déjà d’avoir une idée sur le ‘’mindset’’ du jeune, son état émotionnel et sa perception des choses que j’associe aux exigences du monde du travail.

Disposez-vous d’outils pour le faire ou basez-vous votre démarche sur votre propre expérience dans l’enseignement et vos connaissances sur le marché de l’emploi ?
Je me fie à mon expérience de mère, d’enseignante, à mon intuition aussi et j’utilise des outils adaptés aux besoins du jeune. Je vais chercher dans les ressources du jeune ce qui pourrait lui correspondre comme approche. Par exemple, j’utilise comme outil les intelligences multiples et je cherche quels(les) types d’intelligence a l’adolescent et comment il peut l’exploiter pour trouver la méthode pour travailler et faire les bons choix de filière et à terme de carrière…
En fait, je choisis les outils en fonction de ce que le jeune amène comme problématique, en fonction de ses ressources, de ses motivations intrinsèques et extrinsèques, de ce qu’il vit en lui et de comment il le vit aussi.

Articles similaires

ActualitéCouvertureUne

Coupe du monde 2030 : les détails du dossier de Casablanca

Mondial 2030 : Les détails de la candidature de Casablanca, ville hôte...

ActualitéUneVidéos

Vidéo. SOMAS : Lancement de la 4 ème Cavité GPL à Mohammedia

La Société Marocaine de Stockage (SOMAS) a lancé le 12 juillet 2024...

ActualitéUne

 Tentative d’assassinat de Donald Trump : SM le Roi adresse un message de sympathie et de solidarité

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé un message à M....

ActualitéUne

Décès de Leila Meziane, Présidente de la Fondation BMCE de l’éducation et de la formation

La Fondation BMCE de l’éducation et de la formation en deuil. Sa...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux