Coopération renforcée entre le Maroc et la France

Coopération renforcée entre  le Maroc et la France

Le Royaume du Maroc et la France sont appelés à renforcer leur coopération en matière d’éducation. C’est ce qu’a affirmé le ministre français de l’éducation nationale, Vincent Peillon, lors d’une visite effectuée, lundi 17 février, en compagnie de son homologue marocain, Rachid Belmokhtar, à des établissements scolaires à Tanger. Le ministre français a poursuivi que cette coopération éducative permettrait d’ouvrir des perspectives communes à la jeunesse marocaine et française. Et ce, concernant l’enseignement des langues «en particulier la langue française, les questions d’orientation, de formation professionnelle et d’ouverture de sections internationales du baccalauréat», a dit M. Peillon.

Même son de cloche pour M. Belmokhtar qui a appelé les deux départements de l’éducation marocain et français à travailler ensemble et encore plus, et ce, en vue de renforcer cette coopération éducative. Le ministre marocain a poursuivi que cette coopération s’inscrivait dans le cadre d’un vaste programme de travail englobant, entre autres, la formation en particulier des professeurs ainsi que le projet du baccalauréat international en français au Maroc. Il y a aussi lieu de citer le projet du soutien aux «classes préparatoires aux écoles supérieures», a affirmé M. Belmokhtar.

Cette visite a constitué pour les deux ministres marocain et français une occasion pour s’enquérir du projet des sections internationales, lancé lors de la saison scolaire 2013-2014, dans le lycée Ibn Battouta. Fondé en 1908 sous le nom de Saint-Aulaire, celui-ci fut, durant plus d’une quarantaine d’années, géré selon le système éducatif français. Situé au boulevard Allal Ben Abdellah, cet établissement scolaire garde toujours son ancienne architecture européenne (du début du 20ème siècle) avec ses spacieux cours et classes. Il est devenu, depuis le lancement du projet des sections internationales, une annexe du lycée technique Moulay Youssef. Ce projet est «le fruit d’une convention conclue entre les deux lycées de Moulay Youssef et Regnault ainsi que l’Institut français de Tanger. Ce cycle compte une classe littéraire de 16 élèves et deux autres scientifiques de 56 élèves», selon la délégation préfectorale de l’éducation nationale Tanger-Asilah.

Les deux ministres se sont rendus ensuite au lycée Regnault de Tanger, qui vient de fêter son centenaire. Créé en 1913, cet établissement scolaire est considéré comme le plus ancien de la mission française au Maroc. La façade et les locaux de ce bâtiment se distinguent par son beau style arabo-mauresque. Le lycée français est situé au centre-ville au milieu des anciens immeubles, hérité de la l’époque internationale de Tanger.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *