Dakhla : Quarante jeunes formés en diplomatie parallèle

Dakhla : Quarante jeunes formés  en diplomatie parallèle

Quarante jeunes leaders issus du trois régions du Sud marocain ont bénéficié d’une session de formation en matière de diplomatie parallèle en vue de les doter des mécanismes susceptibles de leur permettre de jouer un rôle plus important concernant les questions nationales.
 

Initiée par l’Association régionalisation avancée et autonomie de la région d’Oued Eddahab-Lagouira, en collaboration avec l’Agence de développement social, la wilaya et l’Académie régionale de l’éducation et de la formation, cette session a connu la participation des jeunes leaders représentant plusieurs partis et associations de la région d’Oued Eddahab-Lagouira, Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra et Guelmim-Smara. Ces derniers sont venus pour consolider leurs connaissances dans les domaines relatifs à la diplomatie parallèle.
 

Lors de cette session, deuxième du genre, plusieurs intervenants ont mis en exergue le contenu du discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI à l’occasion du 34è anniversaire de la Marche Verte, où le Souverain avait réaffirmé l’importance de la dynamisation de la diplomatie officielle et parallèle pour défendre l’intégrité territoriale du Maroc et les droits et intérêts de la Nation.
 

Cette session de formation a également été l’occasion de présenter plusieurs exposés qui ont abordé «La trajectoire du dossier du conflit du Sahara au sein de l’ONU», «La structure de la société tribale et les fondements de la stratégie de gestion des conflits dans l’unité», «La définition du concept de l’autonomie dans le droit international, les normes de son application, sa portée», «La jeunesse en tant que pilier du développement de la société» et «La diplomatie parallèle, une composante essentielle du droit international».
 

Les participants à cette formation ont souligné que la défense de l’intégrité territoriale du Royaume nécessite la mobilisation de toutes les composantes de la société civile, et ce pour soutenir les efforts de la diplomatie formelle. Selon eux, la dynamisation de la diplomatie parallèle requiert une approche globale bien définie, basée sur une nouvelle stratégie qui implique une dimension pratique et une autre institutionnelle.
 

Et d’ajouter que la diplomatie parallèle passe par l’adhésion des formations politiques, des centres de recherche scientifique et des ONG actives dans le domaine de la diplomatie et des relations internationales dans l’élaboration d’orientations et initiatives ayant trait à la politique étrangère du Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *