Enseignement supérieur public : Seulement 10% des étudiants se sont adaptés aux cours à distance

Enseignement supérieur public : Seulement 10% des étudiants se sont adaptés aux cours à distance

Après plusieurs semaines de cours à distance, presque 60% des enseignants enquêtés se sont adaptés et se sentent à l’aise dans ce nouveau mode d’enseignement en période de confinement

Après deux mois de confinement, si 60% des enseignants estiment s’être adaptés au modèle de l’enseignement à distance, 79% des étudiants interrogés ont émis un sentiment d’insatisfaction par rapport à cet enseignement. Les raisons sont multiples (problème de connexion, absence d’ordinateur, support pédagogique inadapté). Ces conclusions émanent de l’enquête réalisée par un collectif d’enseignants universitaires du secteur public. Les détails.

Une enquête nationale auprès des étudiants et des enseignants universitaires vient d’être réalisée pour mesurer la satisfaction des acteurs par rapport à l’enseignement à distance en période de confinement. Ce travail émane d’un collectif d’enseignants universitaires composé de Taoufik Benkaraache, FSJES Mohammedia (coordonnateur du projet), Redouane Benabdelouahed, FSJES Ain-Sebâa Casablanca, Mohamed Belafhaili, ENSET Mohammedia, Amine Dafir, FSJES Mohammedia, Achraf Nafzaoui, ENCG Kénitra, et Adil El Marhoum, FSJES Agdal Rabat. Après presque deux mois d’enseignement à distance en période de confinement, et en l’absence quasi totale de réaction des acteurs de terrain (enseignants, étudiants) sur cette expérience inédite, l’équipe a pris l’initiative de se poser des questions sur l’adaptation, la perception et la satisfaction des acteurs de cette expérience. Le but étant d’en tirer les enseignements qui s’imposent.


Cette enquête s’est basée sur deux sondages administrés en ligne, l’un a touché 200 enseignants universitaires dans les établissements publics de l’enseignement supérieur, l’autre a ciblé 1.340 étudiants issus de ces établissements. Les deux sous-enquêtes préliminaires ont été réalisées entre le 1er et le 12 mai derniers.
Les tendances générales suite à l’administration des questions selon les échantillons ont démontré déjà sur les enseignants «que deux enquêtés sur trois sont globalement satisfaits globalement sur l’enseignement à distance en cette période de confinement». Les éléments de l’enquête révèlent en effet qu’«après plusieurs semaines de cours à distance, presque 60% des enseignants enquêtés se sont adaptés et se sentent à l’aise dans ce nouveau mode d’enseignement en période de confinement».

Il est également ressorti de l’analyse des données que «les méthodes les plus utilisées par les enseignants enquêtés dans leurs enseignements à distance sont les cours interactifs dans les plateformes ouvertes (Zoom, Meet, Classroom, ..) (environ 70%) et le partage de documents (PDF, PPT, Word) (76%)».
Par ailleurs, pendant cette période de confinement, environ 7 enseignants enquêtés sur 10 ont souvent communiqué à distance avec leurs étudiants. Ce qui est clair, après cette expérience inédite d’enseignement à distance, c’est que «61,5% des enseignants enquêtés ne sont pas du tout d’accord que l’enseignement à distance prôné en période de confinement n’a pas réussi à remplacer l’enseignement en présentiel».

A l’issue des remontées de leur réponse, «ils estiment majoritairement (64,5%) que l’efficacité de leurs enseignements à distance dépend de la qualité du système d’enseignement à distance de leur établissement». Par effet induit, 8 enseignants enquêtés sur 10 pensent que «la nature et le contenu des examens et évaluations doivent être adaptés à l’enseignement à distance en cette période de confinement». 71% des enseignants enquêtés ont souligné, par ailleurs, comme inconvénient l’absence de modalités communes et unifiées pour l’enseignement à distance en cette période. 78% ont approuvé que l’un des inconvénients relevés réside dans les problèmes de connexion. Seulement 43,5% des enseignants enquêtés sondés déclarent avoir suivi une formation sur l’enseignement à distance.

Cela dit, presque les 2/3 des enseignants enquêtés pensent que l’enseignement à distance pourrait apporter dans l’avenir un plus à l’enseignement supérieur.
Du côté des étudiants, le ressenti par rapport à cette expérience est tout autre puisque «près de 79% -soit 8 étudiants sur 10- des étudiants sont peu ou pas satisfaits des enseignements à distance pendant le confinement».

Seulement 10% environ des étudiants se sont, en effet, adaptés à leurs cours à distance et se sentent à l’aise. Les résultats de l’enquête démontrent en effet que «28,4% des étudiants n’arrivent pas à s’organiser et sont très en retard, contre seulement 8,3% qui déclarent être à jour dans leurs cours». Par rapport aux supports pédagogiques utilisés, les étudiants enquêtés ont eu une préférence pour les cours enregistrés sous format vidéo avec support par rapport aux cours partagés sous forme de documents PDF, PPT, …

Par ailleurs, presque les 2/3 des étudiants ont eu des problèmes de connexion.
Selon l’étude, «plus du tiers des étudiants enquêtés ont pu suivre les cours à distance à partir d’un PC ou tablette. Environ 46% ont suivi les cours à distance à partir d’un smartphone personnel ou appartenant à un membre de la famille».
En définitive, plus de 70% des étudiants estiment que les formes d’enseignement à distance suivies en période de confinement leur ont laissé une impression négative et qu’ils ne peuvent pas apporter un plus par rapport aux cours en présentiel…
Selon les résultats de l’enquête réalisée sur les étudiants, «57% n’ont pas été accrochés par l’expérience d’enseignement à distance lors du confinement».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *