La formation professionnelle contre l’informel

La formation professionnelle contre l’informel

Quatre sites pilotes en préparation

La prédominance de l’informalité et ses conséquences sur l’économie réduiraient la capacité d’un pays à mobiliser les ressources nécessaires pour stimuler l’activité économique, notamment en période de crise. De ce fait, mener des politiques macroéconomiques efficaces et constituer un capital humain bien formé sont indispensables pour réussir la relance et sortir de la crise. Pour pallier les inconvénients de l’informel, le secteur de la formation professionnelle se présente parmi les solutions à adopter. Les détails.

Identifier les besoins des jeunes

L’économie marocaine est marquée par le poids non négligeable de l’informel en termes de production ou encore de prestation de services. Ainsi, la majorité de l’emploi du secteur informel se trouve plus particulièrement dans les secteurs du commerce, de services, de l’industrie et dans le BTP. D’où la nécessité de développer une approche permettant d’identifier les besoins des jeunes qui travaillent dans l’informel et les faire bénéficier de l’offre de dispositif de la formation en milieu de travail afin de les orienter vers le secteur formel. Pour y parvenir, le département de la formation professionnelle planche actuellement sur un diagnostic des métiers de l’informel, notamment ceux liés au commerce, tourisme et restauration, et à l’électronique.

Les métiers ciblés

Quatre sites pilotes sont proposés, à savoir Casablanca (électronique), Marrakech (tourisme et restauration), Fès (commerce lié à l’artisanat, tannerie) et Essaouira (bois et bijouterie). Il s’agit également d’accompagner et former en soft skills 8 groupes à raison de 20 à 25 bénéficiaires par groupe, soit deux groupes par site. En termes de contenu, sera faite une mise à niveau en communication, estime de soi, gestion et management, relation avec l’entreprise ou encore encadrement et orientation individualisée vers le dispositif de la formation professionnelle. La réflexion est portée aussi sur l’élaboration des modules liés aux soft skills et doter 200 bénéficiaires des outils nécessaires à la création de leur projet sur le plan juridique (auto-entrepreneur, entreprise ou encore coopérative). La finalité étant de les conduire vers le secteur formel.

Le manque à gagner

Les travailleurs dans l’informel sont souvent laissés pour compte, sans pouvoir bénéficier d’une protection sociale lorsqu’ils perdent leur travail ou qu’ils subissent de lourdes pertes de revenu. De plus, la prévalence des activités informelles freine les efforts de développement. «L’économie informelle crée un manque à gagner pour l’Etat, impacte les entreprises marocaines, les consommateurs finaux et la qualité de l’emploi», explique le département de la formation professionnelle faisant référence à une étude menée par la CGEM. En effet, les impacts pour l’Etat sont au niveau des TVA et droits de douane.

Il s’agit aussi d’un manque à gagner sur le volet des cotisations sociales. Autres impacts, ceux sur les entreprises marocaines avec un gap de compétitivité prix, les pertes de chiffres d’affaires et le manque de création de valeur pour l’économie. Sans parler de la précarité et l’instabilité de l’emploi informel et l’absence d’avantages sociaux. «Parmi les leviers transverses de lutte contre l’informel, le renforcement de la coopération entre les acteurs publics et privés et la mise en place d’e-learning pour faciliter l’adaptation aux pratiques formelles et opérations comptables et lancer des programmes de formation», indique la même source ajoutant dans ce sens que le dispositif de formation en milieu de travail, à savoir la formation par apprentissage, pourrait être une piste d’amélioration des compétences et des qualifications des jeunes exerçant des métiers du secteur informel étant donné que ce dispositif présente «une grande souplesse en termes de conditions d’accès relatives à l’âge et le niveau scolaire».

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *