970x250

L’École Centrale Casablanca lance «African Bachelor of Engineering»

L’École Centrale Casablanca lance «African Bachelor of Engineering»

Une formation anglophone plus adaptée au contexte africain et international

Le Groupement des Ecoles Centrale (GEC) élargit son offre pédagogique avec une formation innovante. Baptisé «African Bachelor of Engineering», ce programme interdisciplinaire démarre à la rentrée prochaine et est dispensé au sein de l’Ecole Centrale Casablanca conjointement avec 2iE. Il est adressé aux étudiants en ingénierie à fort potentiel. Il s’agit de développer l’esprit d’innovation et de recherche tout en associant les exigences techniques aux responsabilités managériales dans un contexte international en perpétuelle mutation. A travers cette nouvelle formation l’Ecole dévoile son positionnement en Afrique mais aussi à l’international. «Notre objectif c’est vraiment de devenir le hub du Groupement des Ecoles Centrales pour le continent africain.

Et donc pour ce faire, nous souhaitons développer des formations où nous recevrons un peu plus d’Africains anglophones, ce que nous n’avions pas jusqu’à maintenant et surtout être capables de produire plus de bachelors et d’ingénieurs pour le continent», explique Ghita Lahlou, directrice de l’Ecole Centrale Casablanca, lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée à l’Ecole Centrale Casablanca, le 7 avril 2022, pour la présentation de cette nouvelle formation. «La formation Bachelor Centrale-2iE en ingénierie s’inscrit totalement dans la stratégie de développement de l’École Centrale Casablanca.

L’ECC propose avec son partenaire 2iE et le soutien du Groupe Centrale ce nouveau cycle de ‘Bachelor of Engineering’ autour des compétences centraliennes, une première dans le GEC, et en Afrique. Celui-ci offre des débouchés dans des fonctions de management opérationnel, répondant ainsi à un besoin clé en encadrement technique du tissu socio-économique africain, notamment dans les domaines de l’industrie, de la logistique, de l’agroalimentaire et des nouvelles technologies. Il permet aussi aux étudiants qui le souhaitent de poursuivre leurs études pour l’obtention du diplôme d’ingénieur centralien au Maroc ou en France», relève-t-elle. Ce bachelor s’inspire du système anglo-saxon en offrant un cursus de 4 ans après un baccalauréat scientifique. Pour le moment, il n’existe pas de passerelles avec les établissements publics d’enseignement supérieur marocains. «Pour répondre aux besoins de son développement, notamment industriel, l’Afrique peut compter sur les talents de très grande qualité qu’elle recèle, et qui doivent bénéficier de la meilleure formation.

Après avoir accompagné la création et le développement de Centrale Casablanca, CentraleSupélec est particulièrement heureuse de contribuer, avec ses partenaires, à la mise en place du Bachelor Centrale-2iE, qui va permettre de compléter une offre de formation en ingénierie au meilleur niveau, et de fournir des professionnels à même de répondre parfaitement aux besoins des acteurs économiques», explique Romain Soubeyran, président du Groupe Centrale et directeur général de CentraleSupélec.

Dans le cadre de ce bachelor, les élèves-ingénieurs acquerront de solides compétences autour du savoir et de savoir-faire dans différents domaines de l’ingénierie dont la capacité à appréhender un concept ou un nouveau produit ou service pour contribuer à son développement, la capacité à intégrer les dimensions de production, de promotion et de vente pour pouvoir les déployer, la maîtrise du développement technique du produit et/ou du service adapté à un contexte et répondant à des besoins exprimés, la capacité à projeter son action, la capacité à manager une équipe technique et à s’intégrer dans une organisation plus vaste.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.