L’ISIT de Tanger se dote de nouvelles filières de formation

L’ISIT de Tanger se dote de nouvelles filières de formation

Pour une meilleure adaptation aux besoins du marché du travail

Destinée aux candidats spécialisés d’histoire et de la culture judéo-marocaine, la première filière permet de combler un déficit dont souffrent Tanger et la région. D’autant plus que la destination tangéroise veut rehausser la qualité de l’offre de ses prestations en adéquation avec les besoins du marché israélien.

L’Institut supérieur international de tourisme de Tanger (ISITT) poursuit le développement de son offre de formation à la hauteur des attentes des opérateurs touristiques. Dans ce sens, l’ISITT prévoit la création de deux nouvelles filières de «Guide des villes et des circuits touristiques» et du «Tourisme digital, permettant de contribuer à la modernisation et la diversification de cette offre dans l’enseignement supérieur (cycle de master). Ce projet entre dans la première étape de sa concrétisation avec le dépôt d’accréditation des deux filières auprès du département de tutelle. «Nous avons déposé la demande d’accréditation de ces deux filières en adaptation avec les besoins du marché», fait savoir Adnane Afquir, directeur par intérim de l’ISITT.
Destinée aux candidats spécialisés d’histoire et de la culture judéo-marocaine, la première filière permet de combler un déficit dont souffrent Tanger et la région. D’autant plus que la destination tangéroise veut rehausser la qualité de l’offre de ses prestations en adéquation avec les besoins du marché israélien. Ainsi, «il est nécessaire de lancer cette nouvelle filière en partenariat avec l’Association Mimouna», dit M. Afquir.

Valorisation du patrimoine architectural et cultuel juif

Ce projet vise, en plus de l’amélioration de la qualité des prestations du guidage touristique, à contribuer à la valorisation du patrimoine architectural et cultuel juif à Tanger. D’ailleurs, la ville du détroit compte un grand nombre de bâtiments et lieux de culte juifs, notamment sept synagogues, dont celles Suiri, Bengio, Nahon (convertie en musée) et Chaar Raphaël.
Tanger compte également plusieurs monuments juifs dont deux cimetières, d’anciennes résidences et des écoles, qui relèvent actuellement du ministère de l’éducation nationale.
Quant à la deuxième filiale «Tourisme digital», celle-ci est d’un grand apport pour l’amélioration de la compétitivité du secteur touristique, l’arrivée de la pandémie de Covid-19 ayant contribué à l’accélération du processus d’ouverture du secteur vers le digital. Cette nouvelle filière propose «des modules de formation allant de l’intelligence artificielle en hôtellerie jusqu’au diagnostic numérique du territoire», a souligné M. Afquir.
Ces deux filières, dont la date de lancement n’est pas encore fixée, viendront s’ajouter aux six (dans le cycle normal, la licence professionnelle (bac + 3) et le cycle supérieur (bac +5) que compte actuellement l’ISIT de Tanger.
Créé en 1972, l’Institut accueille, actuellement, un effectif de près de 800 étudiants pour suivre une formation des cadres supérieurs dans les domaines de l’hôtellerie/restauration, de la restauration et du tourisme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *