Partenariat et dialogue gouvernement-CGEM: Un pas de géant dans la formation des salariés

Partenariat et dialogue gouvernement-CGEM: Un pas de géant dans la formation des salariés

La collaboration constructive qui s’inscrit dans le cadre de la plate-forme de partenariat et de dialogue gouvernement-CGEM donne de bons fruits. En effet, grâce à cette collaboration, un pas de géant vient d’être franchi dans l’amélioration des mécanismes de soutien à la formation en cours d’emploi.

À ce titre, une réunion présidée, le 2 juin à Rabat, par le chef de gouvernement Abdelilah Benkirane, en présence de la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Miriem Bensalah-Chaqroun, et de bien d’autres représentants de différents secteurs, a été consacrée à la signature des avenants des Manuels des procédures des Groupements interprofessionnels d’aide au conseil (GIAC) et des Contrats spéciaux de formation (CSF), conjointement par le ministre délégué auprès du ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, Abdelâdim El Guerrouj, et le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid.

Ce pas de géant en la matière répond à une attente forte des entreprises, et notamment des TPME, qui ne profitent plus depuis près d’une décennie des mécanismes de soutien à la formation en cours d’emploi, désignés par «Contrats spéciaux de formation». «La formation continue, qui se caractérise par un mode de gestion spécial, avec la contribution de l’Etat, des patrons et des salariés dans le cadre de la réforme de 1996, a connu au cours de la dernière décennie certains échecs, ce qui nécessite des mesures audacieuses et des réformes profondes exigeant de la fédération des efforts de tous les partenaires», a souligné à l’occasion M. Benkirane. C’est ainsi que les nouveaux Manuels de procédures GIAC et CSF offrent dorénavant un cadre simplifié, convivial et crédible permettant à la TPME d’utiliser pleinement ses droits en matière de formation de ses ressources humaines. En outre, des mécanismes d’anticipation des besoins en compétence à l’échelle des branches professionnelles et des territoires ont été institués dans un triple objectif.

Il s’agit en premier lieu de l’adéquation emploi-formation, ensuite l’efficience du pilotage des activités des branches professionnelles et enfin l’accompagnement au développement cohérent des régions. De ce fait, dans l’attente d’un projet de loi sur la formation continue et pour répondre dans l’immédiat aux exigences de la compétitivité et de l’employabilité, quatre mesures proposées par la CGEM au comité de gestion de l’OFPPT ont été adoptées à l’unanimité et sont déclinées selon les procédures des nouveaux manuels des GIAC et des CSF.

Il s’agit en premier de la simplification des procédures des CSF. La deuxième mesure est relative à la dématérialisation des échanges entreprise-OFPPT, alors que la troisième concerne la mise en œuvre des mécanismes de prospective, sectorielle et territoriale, métiers et compétences. Enfin, la dernière mesure a trait à la sécurisation du financement des GIAC et CSF.
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *