R&D : L’enseignement supérieur comme locomotive

R&D : L’enseignement supérieur comme locomotive

Les universités marocaines multiplient les partenariats avec des établissements étrangers

La recherche et développement est un nouveau créneau de plus en plus investi par les universités et écoles supérieures marocaines. Si la recherche scientifique a été souvent le talon d’Achille dans l’enseignement supérieur, la situation est en train de changer grâce notamment au partenariat public privé ainsi que l’arrivée de grands établissements universitaires privés. Plusieurs universités marocaines multiplient les partenariats avec des établissements étrangers dans ce domaine. C’est le cas notamment de l’UIR (Université internationale de Rabat). Dans le cadre du renforcement de leur partenariat, l’internationalisation de leurs activités académiques et l’échange d’expertises et de savoir-faire en matière de formation, de recherche et de gouvernance, l’UIR et l’INSA Rennes ont signé récemment un accord de cadre de coopération par lequel les parties souhaitent affirmer de manière plus forte et ambitieuse leur volonté de construire un partenariat global et durable, incluant la formation, la recherche, l’entrepreneuriat, l’échange d’étudiants, d’enseignants et de chercheurs, la cotutelle de thèses de doctorat et l’organisation de rencontres à caractère régional et international.

À cette occasion, les deux parties ont confirmé leur engagement et leur volonté de concevoir des programmes de formation fondée sur une ingénierie pédagogique innovante à même de doter les lauréats de compétences transdisciplinaires et de power skills pour une meilleure adaptation à l’évolution du marché du travail et aux exigences du développement durable et de la globalisation académique. D’autres institutions africaines et européennes seront associées à cette coopération. Data Center Mais l’enseignement supérieur commence à voir grand dans le domaine des R&D avec des projets à portée internationale. Dans ce sens, l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) de Benguerir avait procédé à l’inauguration de son nouveau Data Center abritant le plus puissant «supercalculateur » d’Afrique (African Supercomputing Center).

Il s’agit d’un très grand pas du Royaume dans le domaine qui permettra à l’UM6P de se mettre au service de l’écosystème numérique national afin de contribuer à garantir la souveraineté digitale du Royaume et à développer de nouveaux services numériques 100% marocains. Situé au coeur de la ville verte de Benguerir et étalé sur une superficie de 2.000 m2, ce Data Center va élever les capacités d’expérimentation scientifique et permettre ainsi une plus grande maîtrise des données massives collectées. Avec l’African Supercomputing Center, dont la capacité s’établit à 3 millions de milliards d’opérations par seconde, les horizons de la recherche scientifique et l’innovation pour l’UM6P et pour le Maroc s’élargissent. Concrètement, de nouveaux projets innovants majeurs de modélisation peuvent éclore dans des domaines aussi vastes et variés que le génome des plantes africaines à protéger, les données satellitaires pour une meilleure valorisation et gestion des terres agricoles, ou encore les données météorologiques pour une intégration plus efficace des énergies renouvelables dans les réseaux électriques.

Développé en partenariat avec la prestigieuse université de Cambridge, ce «supercalculateur » occupe le 98e rang des superordinateurs les plus puissants au monde et hisse le Maroc à la 26e place mondiale et 1ère africaine en termes de puissance de calcul, précise-t-on. Il faut préciser que ce Data Center certifié Tier III et Tier IV par l’Ultime Institute, outre le fait de proposer aux entreprises et aux organismes publics une infrastructure pour organiser, traiter, stocker et entreposer de grandes quantités de données, abrite l’African Supercomputing Center, une plateforme essentielle pour analyser d’immenses quantités de données et résoudre des calculs d’une extrême complexité.

Il faut dire que l’implication de l’enseignement supérieur dans de grands projets technologiques permet au Royaume de se hisser dans les classements internationaux relatifs à la recherche et développement. De même, la réalisation de ces infrastructures de pointe s’inscrit en droite ligne avec les Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI, qui appelle à placer la recherche et l’innovation scientifiques au service de la promotion de la croissance économique du Royaume.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *