Université Mohammed VI Polytechnique : Seconde édition online du MBA à la Business School

Université Mohammed VI Polytechnique : Seconde édition online du MBA à la Business School

La seconde édition du programme MBA d’Africa Business School démarre en janvier 2022. S’adressant aux cadres et aux décideurs africains, la formule se veut innovante pour relever les défis managériaux en Afrique et accompagner ses leaders. S’appuyant sur l’apprentissage par l’action et le coaching sur mesure, la formation s’étale sur une durée de 18 à 21 mois.

L’enseignement a été conçu pour l’Afrique. Ce programme s’adresse aux managers africains en leur proposant une formation basée sur des concepts innovants, de nouveaux modes de pensée et des pratiques agiles. L’objectif est de les aider à développer leurs capacités de prise de décision et d’agilité par rapport aux futurs défis. Baptisée Online MBA, la formation est portée par l’ABS (Ecole d’excellence au sein de l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P). Le contenu pédagogique prône une politique d’agilité et de flexibilité. L’un dans l’autre, «Online MBA» représente aussi une réponse aux bouleversements engendrés par la pandémie de Covid-19 face à l’impossibilité aux participants africains de se déplacer en dehors des frontières de leurs pays respectifs. L’avantage est clair d’une telle formation en ligne puisqu’elle livre une flexibilité permettant d’équilibrer les exigences de la vie professionnelle et personnelle des candidats. Sur une durée de 18 à 21 mois, le Online MBA de l’Africa Business School représente également une immersion unique en s’appuyant sur l’apprentissage par l’action et le coaching sur mesure.

«Dans le cadre d’un programme interdisciplinaire dirigé par des professeurs de classe mondiale, les participants sont appelés à être accompagnés sur deux principaux axes, la création de valeur et la performance d’une part, et le développement personnel et le leadership d’autre part. Un coach académique est désigné pour chaque candidat afin de l’accompagner tout au long du cursus de formation», détaillent les responsables. L’action learning se retrouve entre autres dans un module dédié, où les apprenants répondent en groupe à une problématique concrète d’une organisation en Afrique. Les candidats arrivent, en effet, à mieux comprendre la complexité et l’incertitude du processus de prise de décision au sein des entreprises. Ils sont à même de mieux identifier, formuler et déployer des recommandations innovantes. Le contenu pédagogique retient aussi le respect des aspects éthiques et sociaux de telle sorte à créer de la valeur ajoutée au sein de l’entreprise en Afrique ou ailleurs.
Les participants sont également dans un environnement favorable à la création de réseaux et au développement des communautés d’apprentissage de cadres et d’entrepreneurs panafricains. Les origines professionnelles et culturelles sont en effet diverses. Et donc l’expérience d’apprentissage enrichissante. Pour l’édition 2022, le premier groupe est prévu en janvier 2022, suivi de trois autres en avril, juillet et octobre.
Pour rappel, Africa Business School (ABS) qui a été créée en 2016 au sein de l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) est axée sur la formation d’une génération de dirigeants de demain. Les approches académiques et commerciales y sont combinées. L’établissement devra contribuer au développement social et économique en Afrique et au-delà. Les étudiants de l’ABS sont formés, grâce à un enseignement hybride, sur la responsabilité sociale, la pensée critique, l’innovation, le codage, la recherche appliquée et questions africaines.

Ils sont également confrontés à la recherche multidisciplinaire, à des méthodes d’enseignement novatrices et à un vaste réseau d’acteurs innovants dans divers secteurs. Ceci, pour améliorer leurs compétences analytiques et holistiques, tant quantitatives que qualitatives, cognitives et émotionnelles, managériales et technologiques. Car il s’agit d’accepter et de s’adapter au paradoxe et mieux appréhender ainsi des environnements complexes et en pleine mutation. La qualité du capital humain en dépend.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *