HCP : 35.000 chômeurs en moins au T3-2021

HCP : 35.000 chômeurs en moins au T3-2021

Les secteurs des services et de l’agriculture, forêt et pêche ont créé 496.000 postes d’emploi

Le taux de chômage au niveau national a régressé de 0,9 point en passant de 12,7% à 11,8% au niveau national. Le nombre de chômeurs a baissé de 2% en s’établissant à 1.447.000 au 3ème trimestre 2021 contre 1.482.000 chômeurs au 3ème trimestre 2020, soit 35.000 chômeurs de moins. Cette baisse est le résultat d’une réduction de 60.000 chômeurs en milieu rural et d’une augmentation de 25.000 en milieu urbain. C’est ce qui ressort de la note d’information du Haut-commissariat au Plan (HCP) sur la situation du marché du travail au 3ème trimestre 2021. Entre le troisième trimestre de 2020 et la même période de 2021, l’économie nationale a créé 642.000 postes d’emploi contre une perte de 581.000 postes d’emploi une année auparavant. En milieu urbain, on relève la création de 368.000 postes, 274.000 en milieu rural. L’emploi rémunéré a enregistré une hausse de 572.000 postes au niveau national, résultant d’une création de 187.000 en milieu rural et de 385.000 en milieu urbain. Les secteurs des «services» et de «l’agriculture, forêt et pêche» demeurent les premiers pourvoyeurs d’emploi.

Le HCP signale que le secteur des «services» a créé 306.000 postes d’emploi, contre une perte de 260.000 au cours de la même période de l’année dernière. Le secteur de «l’agriculture forêt et pêche» a vu son volume d’emploi augmenter de 190.000 postes, contre une perte de 258.000 une année auparavant. Le secteur de «l’industrie y compris l’artisanat» a créé 54.000 postes d’emploi, contre une perte de 61.000 une année auparavant. Pour sa part, le secteur des «services» a créé 306.000 postes d’emploi, contre une perte de 260.000. Enfin, le secteur du BTP a créé 92.000 postes d’emploi, contre 1.000 au cours de la même période de l’année dernière. Parmi les 10.807.000 actifs occupés estimés au troisième trimestre de 2021, le secteur des «services» emploie 46,7%, suivi de l’«agriculture, forêt et pêche» avec 30,0%, du «BTP» avec 11,7% et de l’«industrie y compris l’artisanat» avec 11,6%.

Le taux de chômage des diplômés du supérieur en hausse

Les jeunes, les diplômés et les femmes continuent d’être frappés de plein fouet par le chômage. Il est de 31% pour les jeunes âgés de 15 à 24 ans, 18,7% pour les diplômés et 16,5% pour les femmes. Il faut toutefois signaler que le taux de chômage a enregistré une diminution d’1,1 point pour les femmes en passant de 17,6% à 16,5%. Il a connu une baisse de 1,3 point parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans, passant de 32,3% à 31%. S’agissant des diplômés, le HCP fait remarquer que le taux de chômage a maintenu le même niveau enregistré pendant le 3ème trimestre de l’année 2020. Cette stagnation est le résultat d’une hausse de 2,2 points du taux de chômage des diplômés de niveau supérieur, passant de 23,5% à 25,7%, et une baisse de 1,4 point pour les diplômés de niveau moyen (14,7% contre 16,1% une année auparavant). Le taux de chômage des non diplômés, quant à lui, a baissé de 2,5 points, passant de 6,9% à 4,4%.

Le taux d’emploi toujours inférieur au niveau enregistré avant la pandémie

La situation du marché du travail a été marquée par la hausse des taux d’activité. La population en âge d’activité (15 ans ou plus) s’est accrue de 1,4%, par rapport au troisième trimestre de 2020.
Avec une hausse de la population active de 5%, le taux d’activité a ainsi augmenté de 43,5% à 45,1% entre les deux périodes. Il a augmenté de 41 % à 42,4% en milieu urbain et de 48% à 50,3% en milieu rural. Avec cette augmentation, le taux d’activité a atteint un niveau avoisinant celui enregistré avant la pandémie (44,9% au troisième trimestre de 2019). De son côté, le taux d’emploi a connu une hausse de 37,9% à 39,8%, au niveau national (+1,8 point). Il a augmenté de 44,8% à 47,7% en milieu rural, et de 34,3% à 35,6% en milieu urbain. Il a augmenté de 61,9% à 63,1% parmi les hommes (+1,2 point) et de 14,7% à 17,1% parmi les femmes (+2,4 points). Toutefois, le taux d’emploi demeure inférieur au niveau enregistré avant la pandémie (40,7% au troisième trimestre de 2019).

7 chômeurs sur 10 concentrés dans 5 régions

Près de 7 chômeurs sur dix (69,6%) sont concentrés dans cinq régions.
Casablanca-Settat vient en tête avec 24,2% de chômeurs, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (12,9%), Fès-Meknès (12,8%), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (10,1%) et l’Oriental (9,6%).
Les taux de chômage les plus élevés sont observés dans les régions du Sud (19,2%) et de l’Oriental (17,4%). Avec moins d’acuité, trois autres régions dépassent la moyenne nationale (11,8%), à savoir Fès-Meknès (13,2%), Casablanca-Settat (12,8%) et Drâa-Tafilalet (12,5%).
En revanche, les régions de Marrakech-Safi, de Béni Mellal- Khénifra et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima enregistrent les taux les plus bas avec respectivement 7,7%, 10,0% et 10,0%.
Par ailleurs, 3 régions affichent des taux d’activité plus élevés que la moyenne nationale (45,1%). Il s’agit des régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (50,9%), Casablanca-Settat (47,7%) et Marrakech-Safi (46%).
En revanche, les taux les plus bas sont enregistrés dans les régions de l’Oriental (42,1%), Souss-Massa (41,2%) et Drâa-Tafilalet (40,9%).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *