L’ENCG Casablanca en débat, lors du 9ème congrès national de son laboratoire

L’ENCG Casablanca en débat, lors du 9ème congrès national de son laboratoire

«Management et performance de l’ère de la digitalisation et de la Covid-19 : défis, enjeux et perspectives», c’est la thématique retenue, lors du 9ème congrès international du LRPFG (Laboratoire de recherche prospective en finance).

Domicilié à l’ENCGC (Ecole nationale de commerce et de gestion Casablanca) de l’Université Hassan II, le laboratoire rassemble chercheurs et experts représentant les principaux domaines clés sur lesquels repose l’économie nationale. Les recherches de cet espace ont été aujourd’hui couronnées par ce 9ème congrès national qui permettrait de fédérer des idées innovantes de chercheurs et experts pour faciliter la compréhension des différents enjeux que doit prendre en compte le Maroc dans son cahier des charges. La programmation des intervenants a été diversifiée. Retenant des cas concrets d’entreprises à travers les différents intervenants conviés et les échanges sur les aspects managériaux, le but de ce rendez-vous d’échange a permis de créer le débat sur un sujet plus que d’actualité. Le panel retenu sur deux jours a permis la diversité des échanges qui rejoint la thématique dans son ensemble.

Pour Abdelatif Fekkak, président de la Fédération mondiale de la diversité Euro-Afrique (FMDEA) sis à Bruxelles, ce fut l’occasion de traiter la digitalisation du management dans les nouvelles sociétés numériques. Sur le marché de la publicité et des médias, c’est Jalil Kadiri expert média et veille qui a analysé la question de l’impact de la digitalisation et de la Covid-19. Parallèlement à la séance plénière, d’autres sessions parallèles ont été organisées pour élargir le débat. «Management des collaborateurs en télétravail : quels mécanismes de contrôle dans le contexte marocain» a été traitée par Yassir Safi et Saadia Hammidi représentant Larmodad, de l’Université Mohammed V de Rabat. La simplification et la dématérialisation des procédures de GRH a été traitée, à travers le cas de la RADEM Meknès. La transformation digitale a transformé aussi le métier du contrôle de gestion. Les échanges ont abondé aussi dans ce sens. Les sujets sont variés. Ce fut aussi l’occasion de présenter l’étude exploratoire sur l’utilisation du marketing d’influence comme vecteur de communication pour les annonceurs dans le marché marocain. Les communications des uns et des autres se sont déroulées ainsi pendant deux jours.

L’objectif étant d’apporter un éclairage large sur la question de la digitalisation et sur tous les changements qu’elle implique. Même l’évaluation des besoins de formation résultant de la crise sanitaire a été abordée. Car c’est un fait, la pandémie a également impacté les modes de fonctionnement des entreprises. Le capital humain étant au coeur des choses, la formation est essentielle pour faciliter la transformation en entreprise. Tout compte fait, des événements tels que celui-ci, basé sur un appel à communication parmi doctorants, universitaires, étudiants, apportent aussi de l’émulation et de l’appropriation des propos, chacun dans son domaine.

Et c’est bien ainsi que les échanges sur les différents domaines impactés par la digitalisation devraient permettre de sortir avec des recommandations générales. L’objectif est évident : tracer des profils de leaders et des démarches nouvelles pour mieux appréhender les nouveaux écosystèmes en présence. L’exercice n’est pas simple mais il est essentiel voire incontournable.

Parcours

Pr. Tarik Kasbaoui, coordinateur principal de l’événement.

DGA de l’ENCG Casablanca

Enseignant-chercheur et DGA de l’ENCG Casablanca Université Hassan II Casablanca, l’universitaire a obtenu son doctorat en sciences économiques et de gestion à l’Université Paul Cézanne d’Aix Marseille III. Il a également été vice-adjoint de l’Université FSJES d’El Jadida. En tant qu’expert auprès de différents organismes internationaux dont le Conseil d’Europe, Tarik Kasbaoui s’est principalement investi dans la recherche portant sur l’économie de la connaissance et de l’immatériel, les investissements immatériels et la croissance économique des nations et la croissance. Il est également auteur de plusieurs publications. Il est Project manager certifié (PMI) et coordinateur du mastère spécialisé «Ingénierie de projets et management des affaires» (IPMA). Tarik Kasbaoui est membre de plusieurs associations pour ne citer que l’Association marocaine de gestion (AMG), l’Association Tiers-Monde (ATM) en France et l’International Academy of African Business and Development (IAABD) aux USA. Il est responsable et membre fondateur de l’Observatoire socio-économique d’El Jadida.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *