Lost in management : Tome 2, «La faillite de la pensée managériale» de François Dupuy

Lost in management : Tome 2, «La faillite de la pensée managériale» de François Dupuy

Partant du fait que le management tourne en rond, l’auteur du second volume Lost in Management, François Dupuy, s’applique à démonter les mécanismes de l’appauvrissement de la pensée managériale.

Selon lui, « les méthodes de management ne cessent de se renouveler en apparence seulement ».

La pléthore d’ouvrages traitant du domaine qui mettent en exergue de nouvelles formes innovantes de la discipline pour livrer aux entreprises les clés du succès serait, selon lui, juste de la poudre aux yeux…

Car c’est un fait : les organisations demeurent toujours confrontées aux mêmes problèmes. Face à cet état, les dirigeants s’entêtent à puiser dans un corpus de doctrines simplistes et standardisées pour trouver les solutions. Les conséquences risquent des fois d’être désastreuses.

« Dans l’inculture générale qui y sévit, l’ignorance des acquis des sciences sociales est celle qui cause le plus de ravages ». L’auteur est on ne peut plus clair.
Dans son ouvrage, l’auteur rappelle « l’état déconnecté de la réalité de la part de certains dirigeants, en mal d’inspiration et commettant ainsi les erreurs de raisonnement les plus élémentaires et les confusions les plus manifestes »…

François Dupuy argumente sa thèse à travers des exemples précis et des situations significatives de la vie quotidienne en entreprise.  Cet ouvrage pointe du doigt la responsabilité des grands cabinets de conseil et des business schools.
Selon l’auteur, « ce sont ces organes qui diffusent une certaine pensée paresseuse et des pratiques avec lesquelles il est encore temps de rompre ».

Né en 1947 à Beaulieu, François Dupuy obtient une licence d’histoire ancienne à la Sorbonne en 1969. Diplômé deux ans après de Sciences Po Paris, il évolue en tant que chercheur au Centre de recherches en sciences sociales du travail l’année suivante.
En 1976, il rejoint en tant que chercheur associé cette fois-ci le Centre de sociologie des organisations. Enseignant les années suivantes, il prodiguera ses cours également à l’University of California Irvine.

Entre 1990 et 1994, il se mettra en congé du CNRS pour développer et revendre le premier cabinet de conseil français uniquement fondé sur la sociologie des organisations.  Depuis 1995, il est consultant indépendant pour de grandes entreprises françaises.
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *