Marché de l’emploi: La femme marocaine toujours mal lotie

Marché de l’emploi: La femme marocaine toujours mal lotie

En dépit des progrès, la femme marocaine fait toujours face à des défis multiples sur le marché du travail.

C’est ce que révèle le Haut-Commissariat au Plan (HCP) à l’occasion de la journée nationale de la femme marocaine célébrée le 10 octobre, dans une note sur la situation des femmes au marché du travail au deuxième trimestre 2020, période marquée par le contexte de la pandémie de Covid-19, par l’état d’urgence et le plein confinement. «Au dit trimestre, le Maroc comptait 18 millions de femmes (50,3%) dont 13,6 millions sont en âge d’activité (15 ans et plus). L’analyse de la situation des femmes au marché du travail révèle une faible participation de ces dernières à l’activité économique. En effet, leur taux d’activité n’est que de 20,8% (21,9 % au deuxième trimestre de 2019), largement en deçà de celui des hommes (69,7%). Ce taux enregistre 23,9% en milieu rural contre 19,1% en milieu urbain», explique-t-il. Et de poursuivre: «Les femmes en dehors du marché de travail, au nombre de 10,7 millions durant ce trimestre, représentent 79,2% de la population féminine âgée de 15 ans et plus (80,9% en milieu urbain et 76,1% en milieu rural).

Sur une population active occupée d’environ 10,5 millions, le nombre de femmes actives occupées a atteint environ 2,4 millions pendant le deuxième trimestre de l’année 2020 (soit un taux de féminisation de 22,7%), contre un effectif de 2,6 millions affiché pendant le même trimestre de l’année 2019 (23,5% comme taux de féminisation), ce qui équivaut à une baisse de 230.000 postes d’emploi (-9%)». La même source affirme que le taux d’emploi des femmes a diminué de 2 points en pourcentage entre les deuxièmes trimestres de 2019 et de 2020, pour afficher 17,5% (contre 61,8% parmi les hommes), et 19,5% une année auparavant. Par milieu, cette baisse a été le plus marquée dans le rural, passant de 28,4% à 23,0% pendant la même période, alors qu’en milieu urbain ce taux oscille autour de 14,7%. S’agissant du volume horaire de travail des femmes, plus de la moitié (53%) des heures de travail ont été perdues par rapport au deuxième trimestre de 2019, selon le HCP. Le nombre total hebdomadaire d’heures effectives travaillées par les femmes a chuté de 90 millions d’heures (avec une moyenne de 35 heures par semaine) au deuxième trimestre de 2019 à 42 millions d’heures (avec une moyenne de 18 heures par semaine) au deuxième trimestre de 2020. Le Haut Commissariat affirme par ailleurs que, les femmes actives occupées sont relativement jeunes, 33,6% d’entre elles sont âgées de moins de 35 ans. Elles sont également moins qualifiées, près de six femmes en emploi sur dix (58,5%) n’ont aucun diplôme, contre 52,6% pour les hommes.  Cette proportion cache des disparités importantes par milieu de résidence. Elle est de 91,2% en zones rurales contre 31,7% en zones urbaines.

Les femmes actives occupées restent plus présentes dans le secteur de « l’agriculture, forêt et pêche » avec une part de 43,3% de l’emploi féminin, suivi des « services » avec une part de 42,4% et celui de « l’industrie y compris l’artisanat », avec 13,8% comme part dans l’emploi féminin.

Plus d’un tiers d’entre elles (35,3%) sont des ouvrières ou des manœuvres agricoles ou de la pêche, 14% des manœuvres non agricoles ou des manutentionnaires des petits métiers, 12,4% des employées, 11,3% des artisanes ou des ouvrières qualifiées des métiers artisanaux, 8,8% des cadres supérieures et des membres des professions libérales, et 7,8% des exploitantes agricoles des pêcheuses, des forestières ou des chasseuses.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *