Réunion virtuelle : Instaurer la vidéoconférence, un passage obligé

Réunion virtuelle : Instaurer la vidéoconférence, un passage obligé

Les entreprises qui avaient déjà entrepris leur transformation digitale sont celles qui seront les plus agiles en pareil moment.  Les faits sont là. L’appel au confinement impose de nouvelles méthodes qui étaient surtout empruntées par les filiales de multinationales.

Les banques, les assurances, les grands groupes y ont recours aussi avec leur réseau. L’instaurer d’une manière plus verticale aujourd’hui sera salutaire. Car les équipes seront au fur et à mesure en télétravail. La vidéoconférence permet aux responsables d’être synchrones pour accompagner leurs collaborateurs dans la sérénité et la transparence de l’information.

C’est la démarche qu’a entrepris Orange depuis le déclenchement de la pandémie à travers ses filiales au niveau international. La démarche suppose l’utilisation d’outils comme face time, la reconnaissance vocale et la transcription automatique. S’inscrivant dans la durée, les partages de données confidentielles de la société supposent leur protection…

Cela sous-entend une qualité de débit en Internet sécurisé !

C’est bien dans ce sens que Google et Cisco ont suspendu les limites des versions gratuites de leurs solutions de vidéoconférence. De même la société chinoise Zoom qui a vu ses cours boursiers s’envoler  de plus de 40% a imposé des réunions virtuelles de moins de 40 minutes quand il s’agit de plus de deux personnes…

Des sociétés ont mis leur plate-forme à la disposition de leurs clients, histoire de les fidéliser en attendant des jours meilleurs. C’est le cas d’AlloCloud. Son manager Jacques Gripekoven est plus que convaincu de l’impact de la vidéoconférence sur la commercialisation de ses solutions.  Les nouveaux systèmes permettent même de sous titrer les vidéos pour renseigner sur l’identité des personnes mises en conférence virtuelle. Les documents peuvent être partagés et les signatures électroniques permettent aussi de faciliter les transports physiques de documents source de contamination.

L’enregistrement intégré devenu possible, les transcriptions des réunions pour les partager éventuellement en totalité ou partiellement avec d’autres collaborateurs représentent aussi une option avantageuse pour continuer à gérer les activités de l’entreprise.

Et pour les entreprises qui n’ont pas encore entrepris leur mutation et n’ont pas développé d’applications en leur sein se contenteront de créer des groupes WhatsApp pour échanger.

Les urgences continueront à être gérées par téléphone entre les différents directeurs de l’entreprise. Car la saturation des débits internet guette.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *