Transfert de savoir-faire : L’OFPPT apporte son expertise au dispositif de formation professionnelle congolais

Transfert de savoir-faire : L’OFPPT apporte son expertise au dispositif de formation professionnelle congolais

Une délégation congolaise a permis d’entériner les 29 et 30 novembre derniers l’action de renforcement bilatérale en matière de formation professionnelle. Pour rappel, le 30 avril 2018 une conventioncadre de partenariat tripartite, signée à Brazzaville entre l’OFPPT, l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI) et le ministère en charge de l’enseignement technique et professionnel de la République du Congo officialisait le processus. Le transfert de savoirfaire étant au coeur de la logique.

Les détails.

Les équipes de l’OFPPT viennent de recevoir, les 29 et 30 novembre derniers, une délégation congolaise présidée par Ghislain Thierry Maguessa Ebome, ministre de l’enseignement technique et professionnel. Le but de la visite est de renforcer la coopération Sud/Sud en matière de formation professionnelle. A ce niveau, les échanges ont abondé vers la manière de développer une coopération morocco-congolaise. Loubna Tricha, DG de l’Office, s’est engagée à adopter une stratégie de renforcement des échanges avec le Congo. Le transfert de savoir-faire étant au coeur de la logique.

Pour un aboutissement complet et durable, il s’agira d’oeuvrer dans différents cadres de coopération, à savoir bilatéral, tripartite ou encore dans le cadre de l’Alliance africaine pour le développement de la formation professionnelle (ADEFOP). Déjà, la ministre congolaise a reconnu la qualité des relations entre les deux pays et a, également, exprimé son engagement pour le développement du secteur de la formation professionnelle de son pays. Cette visite de la délégation congolaise vient s’inscrire en fait dans le cadre de la mise en oeuvre de la convention-cadre de partenariat tripartite, signée à Brazzaville le 30 avril 2018, entre l’OFPPT, l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI) et le ministère en charge de l’enseignement technique et professionnel de la République du Congo. Depuis la signature de cette convention, l’OFPPT avait développé plusieurs actions d’accompagnement pour amorcer le processus de coopération. La mission de diagnostic du dispositif de formation professionnelle congolais, effectuée en mars 2019, par 4 experts méthodologues de l’OFPPT, en est la principale.

Elle a débouché sur l’élaboration d’un plan d’action conjoint pour l’appui dans les secteurs prioritaires : agriculture/agroalimentaire, hôtellerie-tourisme, BTP et industrie. En mai 2019, les équipes de l’OFPPT ont réalisé une mission d’accompagnement de l’Institut professionnel et technologique du BTP d’Oyo pour définir les outils nécessaires pour la formation des jeunes bénéficiaires. L’impact a pu être mesuré puisque le nombre de stagiaires congolais en formation initiale est passé de 2 à 176, entre 2011 et 2022. Pour la rentrée 2021-2022, 21 jeunes ont été inscrits. Le Maroc représente, par ailleurs, une terre d’accueil de choix pour les jeunes stagiaires africains.

Depuis 2005, l’OFPPT a accueilli près de 6.200 stagiaires issus de plus de 40 pays du continent. Parallèlement, l’OFPPT s’est positionné dans le renforcement des capacités, à travers la formation et le perfectionnement programmés de 10 formateurs congolais dans des secteurs prioritaires, définis conjointement entre les deux parties, avec le concours de l’AMCI (Action reportée pour cause de la pandémie et reprogrammée en 2022). Compte tenu de ses nombreuses actions, la délégation congolaise a visité, le 30 novembre dernier, l’École Mohammed VI de formation dans les métiers du BTP de Settat et l’Institut spécialisé dans les métiers de l’agroalimentaire et l’oléiculture de Beni Mellal.

L’objectif étant de s’enquérir sur le terrain de l’organisation de la formation professionnelle dans les établissements de l’OFPPT et pousser la réflexion sur de nouvelles pistes de coopération. La démarche est louable. Elle s’inscrit dans une stratégie plus globale qu’a retenue le Maroc dans le cadre de son plan de développement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *