Un boom des recrutements dans le secteur IT en perspective

Un boom des recrutements dans le secteur IT en perspective

Carrières et opportunités dans la période post-Covid

La période de crise pourrait être une chance à saisir pour certains secteurs d’activité. Dans cette conjoncture, la capacité d’adaptation et d’innovation constitue un atout de résistance majeur face à la crise. C’est l’approche adoptée par les activités IT qui offrent de multiples opportunités de carrière bien qu’elles soient affectées relativement par la Covid-19. «Tous les secteurs ont été impactés, le secteur IT n’échappe pas à la règle. Mais ce n’est pas le plus touché, nous ne sommes pas à l’arrêt comme le secteur du tourisme par exemple», souligne Amine Zarouk, président de l’Apebi, lors d’un webinaire organisé récemment par la multinationale Everis sous le thème «Opportunités de carrière IT, post-Covid-19».

Au cours de cet échange, le président de l’Apebi a expliqué que «l’IT est un macro-secteur, qui regroupe notamment les distributeurs de matériel informatique, les sociétés de services, des startups, les offshoreurs et les opérateurs télécoms… Tous n’ont pas été impactés de la même manière», ajoutant par ailleurs que cette crise sera positive pour le secteur à moyen terme, étant donné que c’est la réticence vis-à-vis du digital et de l’IT qui a toujours bloqué le développement de certains grands projets. «Nous avons des entreprises qui étaient réticentes à recruter des personnes qui travaillent à distance ou en dehors de leurs locaux, mais qui sont plus souples aujourd’hui», relève-t-il. De son côté, Fred Sabbah, directeur général d’Everis, a indiqué que pour le secteur IT et dans le cas d’Everis, il y a eu une adaptation très rapide et 100% des professionnels de la société sont passés en mode télétravail en 24 heures.

Le besoin des profils IT se fait déjà sentir

Au niveau du recrutement, il s’avère que la tendance va plutôt vers la digitalisation du processus. Selon Alexandra Montant, DGA de ReKrute.com, «On est passés au digital, notamment pour les entretiens et la signature des contrats, qui se faisaient à distance en période de Covid, et cela a bien marché», ajoutant qu’il y avait un gel complet des recrutements durant les premiers mois de la crise. Le rythme normal est revenu à partir du mois de mai.

Dans ce contexte, il ressort qu’Everis fait partie des sociétés qui ont continué de recruter de manière massive pendant toute cette période pour atteindre son objectif de recruter plus de 70 personnes et passer le cap des 200 talents en 2020. Parallèlement, l’entreprise a adapté tout son processus de recrutement en ligne. La DGA de Rekrute.com déclare s’attendre à une explosion des recrutements dans le secteur IT, puisqu’il y a un réel besoin. «En 2019 rien que sur ReKrute, il y avait 315.000 postes ouverts pour les profils IT», précise-t-elle.

IT : Un outil à prioriser dans les Universités et formations de reconversion

Pour Abdellatif Moukrim, doyen de la Faculté des Sciences de Tétouan, il faudrait augmenter le nombre d’étudiants dans les filières en relation avec l’IT, organiser des formations continues avec les entreprises pour répondre au besoin en matière de recrutement. Il faudra également permettre aux employés de travailler indépendamment de l’espace et du temps, et accompagner la digitalisation au Maroc. Il a également expliqué que les formations de reconversion ont été réalisées en 2019 avec Everis, afin de former des étudiants en mathématiques, physique ou biologie au développement informatique pour remédier à la pénurie de ressources.

Smart Working : une solution orientée résultats

Everis lance actuellement une campagne de recrutement basée sur la recherche de profils souhaitant télé-travailler 100% de leur temps : «les Smart Workers ©». «L’expérience Smart Worker est une proposition pour les professionnels qui aiment la flexibilité, sont autonomes, organisés mais surtout avec une forte orientation résultats. Cette initiative est pensée pour toutes les personnes qui voudraient rejoindre notre multinationale au nord, mais ont des contraintes les obligeant à travailler depuis leur ville ou leur domicile, pour des raisons de famille ou autres», conclut Fred Sabbah.

Télétravail : une solution tenable à long terme ?

Dans son cas, Everis avait déjà mis en place un programme de flexibilité everFlex depuis 2019 pour permettre à ses collaborateurs de faire du télétravail 1 jour/semaine. «Avec cette expérience, tout indique que le télétravail sera encore plus généralisé et va rester dans le panorama marocain», explique le management de l’entreprise soulignant qu’elle a maintenu le télétravail au moins jusqu’en septembre. Everis prévoit d’offrir encore plus de flexibilité à ses collaborateurs dans le futur. Du côté de ReKrute.com, sa DGA estime que le télétravail n’existait pas au Maroc, ou exceptionnellement dans certaines entreprises. Ainsi, seuls 14% des employés ont déjà fait du télétravail, parce qu’ils étaient malades ou en congé. «Après le Covid, nous avons eu des entreprises qui sont passées au télétravail en 24h, et c’était un choc positif autant pour les collaborateurs que pour les managers et directeurs», explique-t-elle.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *