970x250

Une utilité pour demain… Akteos l’initie dans plus de 100 pays

Une utilité pour demain… Akteos l’initie dans plus de 100 pays

Philippe Pierre, sociologue, expert interculturel et enseignant à Paris-Dauphine et Sciences Po, définit la culture comme l’élément appris du comportement humain.

A partir du constat que le management interculturel ne peut pas être statique, un ensemble d’experts se sont réunis pour mettre à profit leur savoir, leurs réflexions, leurs conseils. C’est en effet depuis 2003 qu’Akteos oriente ses clients dans un monde en pleine mutation et doté de plusieurs facette où la mondialisation et les nouvelles technologies de la communication rapprochent les cultures et confrontent les valeurs. Avec ses 30 correspondants dans le monde et ses 300 consultants interculturels, l’opérateur propose des formations sur plus de 100 pays mais aussi sur du management, de la communication et du développement international. Il faut dire que les formations interculturelles n’ont pas été impactées par la pandémie.

Certaines entreprises ont même au contraire mis les bouchées doubles ! Si en effet ce type d’enseignement était plutôt destiné aux expatriés, il se démocratise de plus en plus. Les experts du cabinet sont arrivés à la conclusion qu’à long terme, les cultures occidentales se rapprocheront inéluctablement tout en préservant leurs racines. En résultent de nouvelles cultures transverses. Elles renvoient à des organisations et ne concernent pas de manière spécifique les pays. Car les entreprises prennent de plus en plus conscience du rôle déterminant de leur culture propre dans le développement de leurs missions. «Dans un monde en mutation, la culture du changement est une forme d’interculturalité», expliquent, en effet, les experts.

Poussant la recherche interculturelle à l’extrême, Goldman Sachs, une banque d’affaires américaine, a créé sa propre police d’écriture ! Bref, la diversité et l’inclusion deviennent les nouvelles richesses de l’entreprise. Au-delà, la communication interculturelle revient à travailler la validité d’un message. Celui-ci doit être compréhensible par tous, quelle que soit la nationalité. Ceci renvoie directement aux neurosciences et à la prise de décision efficace.

Car il est certain que l’intelligence artificielle vient alimenter une communication sans frontières. «Les traducteurs automatiques se calent sur notre voix, notre ton, nos inflexions, etc. pour délivrer invariablement notre message en japonais, en allemand ou en arabe», poursuivent les spécialistes. Aujourd’hui, les plateformes et les outils technologiques liés à l’intelligence artificielle viennent de gagner cinq années de croissance. Edifiant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.