Faits-Divers

26 ans de prison ferme pour un trio de malfaiteurs qui ciblait les jeunes femmes

© D.R

Un repris de justice, en compagnie de deux complices, a formé une bande de voleurs qui s’acharnait sur les jeunes femmes. Ils ont même tenté de violer l’une d’elles.

Leurs victimes, au moins ces quatre jeunes femmes qui ont répondu favorablement à la convocation de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca, ont été unanimes à les reconnaître comme leurs agresseurs.
«Cet énergumène m’a giflée tout en me menaçant de me tuer si j’essayais de crier ou de demander de l’aide», a affirmé cette jeune femme, âgée de vingt-huit ans, tout en pointant du doigt l’un des trois malfrats qui se tiennent au box des accusés. Tout en évitant son regard, elle précise à la Cour qu’elle a gardé le silence et lui a remis son sac à main qu’il a commencé à fouiller avant de prendre une somme de sept cent trente dirhams et son smartphone. Après quoi, il l’a giflée et pris la fuite en compagnie de ses deux complices qui se tenaient un peu à l’écart.
Et pourtant, les trois malfrats continuent de se disculper. Toutefois, selon le représentant du ministère public qui a fondé son réquisitoire sur leurs déclarations consignées dans les procès-verbaux de leurs auditions par les enquêteurs de la police judiciaire, ils sont bel et bien des malfrats sans foi ni loi et qui ont semé la terreur à travers les quatre coins de la capitale économique. Il a précisé que l’auteur principal et le chef de cette bande de trois malfrats est un repris de justice. Il a effectivement purgé deux peines d’emprisonnement ferme pour constitution d’une bande de malfaiteurs et vol qualifié. Autrement dit, toujours selon le réquisitoire, il n’avait nullement l’intention de renoncer à ses agressions à l’arme blanche.

Une deuxième victime a précisé que le trio a tenté de la violer. Sous la menace d’un couteau, les trois malfrats l’ont conduite vers le domicile de l’un d’eux. Heureusement, l’intervention de quelques jeunes l’a sauvée d’une séquestration doublée de viol collectif.
«Ils m’ont déjà volé mon smartphone avant d’essayer de me conduire je ne sais où pour me violer», a-t-elle précisé.

Il s’est avéré qu’ils ne ciblaient que les jeunes femmes. C’est du moins ce que le représentant du ministère public a révélé, demandant une peine maximale contre eux.
Quant à leur avocat de la défense qui a été constitué dans le cadre de l’assistance judiciaire, il a précisé lors de sa plaidoirie qu’en affaires criminelles, la Cour ne doit se baser que sur les déclarations faites devant la Cour lors de l’examen de l’affaire et non sur les documents du procès-verbal comme en affaires correctionnelles. Et puisque les mis en cause ont nié, devant la Cour, les charges retenues contre eux par le parquet général, à savoir constitution d’une association de malfaiteurs, vol qualifié, tentative de viol, coups et blessures, ils ne doivent pas rester, selon la loi, en prison et doivent être acquittés. Une réclamation qui n’a pas été retenue par la Cour qui les a jugés coupables, après les délibérations, et a condamné le chef de la bande à dix ans de réclusion criminelle alors que ses deux complices ont écopé de huit ans de réclusion chacun.

Articles similaires

Faits-Divers

20 ans de réclusion criminelle pour un enseignant qui a abusé de son élève

La chambre criminelle près la Cour d’appel d’Al Hoceïma a tranché, lundi...

Faits-Divers

Un policier arrêté pour avoir menacé des videurs avec son arme à feu

A Marrakech, un policier relevant du 4ème district de M’Hamed a menacé...

Faits-Divers

Une fillette de 8 ans violée par un coiffeur à Tanger

Ayant remarqué le changement de comportement de sa fille, âgée de huit...

Faits-Divers

Une bande de malfrats écope de 18 ans de réclusion criminelle

Trois jeunes hommes qui ont constitué une bande de malfaiteurs ont été...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux