3 collégiennes fuguent, l’une d’elles est enceinte

3 collégiennes fuguent, l’une d’elles est enceinte

Âgée de 13 ans, elle poursuit ses études en 8ème année d’enseignement fondamental au collège Ibn El Atir, situé au quartier Aïn Sebaâ, à Casablanca. De coutume, elle retourne chez elle dès qu’elle sort du collège ou au pire des cas avec un retard d’une demi heure. Mais, 19h, 21h, 22h, minuit de ce mercredi et pas trace de la fille.  Ce 14 mai sera une date fatidique.

Ses parents frappent aux portes de ses amies pour demander de ses nouvelles. Ils apprennent qu’elle ne les a pas rejointes en classe de toute la journée. Et personne ne l’a croisée à l’entrée du collège. Où est-elle partie?

Ses parents, inquiets, alarmés, ne restent pas les mains croisées. Ils recourent rapidement à la police du district de Hay Mohammedi-Aïn Sebaâ et déposent une demande de «Recherche pour la famille». L’enquête commence.

Les policiers apprennent que la disparition ne porte pas uniquement sur cette fille de treize ans. Mais, deux autres collégiennes poursuivant leurs études au même collège n’ont plus donné signe de vie depuis le même jour. Ont-elles été kidnappées ?

S’agit-il uniquement d’une fugue collective ? Pour les enquêteurs de la PJ préfectorale à Casablanca «tout est possible». Les investigations s’intensifient. Très vite, la police est sur une bonne piste. Une information faisant état que les filles se trouvent à Essaouira vient de tomber. La police casablancaise coordonne illico avec son homologue à Essaouira. Vendredi 16 mai, vers 10 h du matin, les trois collégiennes qui s’attablent dans un café de la Place Moulay El Hassan, en compagnie d’un jeune homme de 24 ans et d’un adolescent de 16 ans, sont arrêtés. Tous les cinq sont conduits vers Casablanca où les familles attendent, la peur au ventre.

L’enquête révèle que l’une des trois collégiennes a commencé dès le début du mois courant à encourager les deux autres filles à fuguer prétextant qu’elles ne devaient plus supporter les comportements agressifs de leurs parents et les études qui ne mèneront à rien.

Les filles qui demeurent aux Carrières Khalifa ont cédé face aux arguments de leur amie. Le mercredi était le jour de départ. Toutes les trois ont rencontré les deux garçons à la gare routière Ouled Ziane. La destination que le plus âgé des cinq compagnons a choisie était Safi.

D’abord, c’est lui qui s’est chargé de tous les frais. Sans y passer la nuit, ils ont choisi d’aller à bord d’un autocar à Essaouira. Ils y ont passé la nuit à errer dans les ruelles jusqu’au matin. C’est là qu’ils ont été arrêtés dans ce café alors qu’ils prenaient leur petit-déjeuner.

Les trois collégiennes ont été soumises à un test médical. Il s’est avéré que l’une d’elles était enceinte. L’enquête policière révèle que c’est elle qui a incité les deux autres collégiennes à fuguer et ce, par l’encouragement de son amant, le jeune de 24 ans. Ce dernier a été placé en détention préventive pour détournement de mineures.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *